Imprimer

Du P. Pichon à Thérèse - arrivée au carmel après le décès de Thérèse - 4 octobre 1897

Du P. Pichon à Thérèse - arrivée au carmel après le décès de Thérèse.
4 octobre 1897


Québec, 4 Oct. 97


Mon Enfant bien aimée en N.S.
Je ne suis pas Je moins assidu des vôtres à votre chevet, et vous m'êtes si présente au Saint autel.
Aujourd'hui en dépit de mes 2.300 retraitantes (jeunes et vieilles filles, Enfants de Marie) vous serez la
privilégiée de ma plume comme vous l'êtes de la croix, et aucune de mes chères Filles de Lisieux n'en
sera jalouse.
Le jour où vous partirez pour le Ciel, (car je vous soupçonne bien fort de vouloir nous quitter) tendez
les mains vers le Canada pour prendre toutes mes commissions. Puis de là-haut laissez votre prière
rayonner jusqu'au pays des Hurons et des Iroquois. En attendant j'escompte toutes vos souffrances. Il
me faut tant d'auxiliaires pour sauver les âmes. Je voudrais être légion. Oh! Que la moisson est belle
par ce côté de l'Océan.
Voyez : j'ai la faiblesse de demander à N.S. que vous souffriez moins, et pourtant je vous veux si
privilégiée de son amour. Arrangez cela! C'est une contradiction.
Je vous remets, entre vos mains, toutes mes bénédictions. Gardez le gros lot et distribuez le reste à mes
chères Filles, à commencer par ma chère Mère S.L. de G. (Marie de Gonzague)
A.P.
Merci, merci à mon aînée pour ses chères lettres.

Retour à la liste des correspondants