Imprimer

Du P. Pichon à Marie - 6 mai 1884.

Du P. Pichon à Marie. 6 mai 1884.

+ Paris, 6 Mai.

Ma bonne Enfant en J.C.

Jeudi vous serez deux fois heureuse: pour votre Pauline et pour votre Thérèse, et moi au moins trois fois, pour mes trois enfants. Jeudi, ce sera un jour du Paradis sur terre. Jeudi, Jésus sera encore meilleur qu'à l'ordinaire et vous [1 v°] plus gâtée.

Ma messe est due à vos deux chères Soeurs. Je la leur donnerai de grand coeur et nul ne jouira mieux que moi, après vous, de leur félicité.

Comme je suis méchant, je sais presque gré à ceux qui vous font de la peine puisqu'ils vous font mieux sentir combien N.S. est [2 r°] bon. Moi, je n'aurais peut être pas le courage de vous donner de ces leçons là. Mais Jésus a raison de permettre qu'elles vous soient données par d'autres.

Le croiriez vous ? Votre page blanche m'a paru bien bonne, bien filiale, puisqu'elle est remplie de votre obéissance!

Décidément il y a une retraite, à Vitré, du 23 au 29 juin et je vous y convie. Hâtez-vous de vous entendre avec Mme Gardieu, afin qu'elle demande pour vous une chambre et au plus tôt.

Vous voudrez bien rayer la dernière ligne dans la liste de mes adresses. Après le 11 Juin, je ferai séjour à Nantes.

[2 v° tv] Recommandez moi bien aux prières de votre Pauline.

[2 r° tv] Partagez toutes mes bénédictions avec vos [1 v° tv] deux chères soeurs.

A.P.

Retour à la liste des correspondants