Imprimer

Du P. Pichon à Marie - 29 août 1884.

Du P. Pichon à Marie. 29 août 1884.

+ Bruxelles, 29 A.

Ma bonne Enfant en J.C.

Hier j'ai bien prié pour votre bien aimée défunte (Mme Martin, morte le 28 8 1877) et c'est avec une vraie joie que j'ai offert pour elle l'adorable victime. Mais, hélas ! impossible de saisir ma plume, comme j'en avais tant le désir. Ici, dans une de nos maisons religieuses, je ne puis entamer mes nuits et Dieu sait si mes retraitantes absorbent [1 v°] mes journées. Avoir tant de joie à vous lire et rester muet... soupçonnez vous combien votre père en souffre ? Je crois que le bon Maître est très friand de nos sacrifices. Enfin! pourvu qu'Il ne brise pas votre plume, je n'aurai point le courage de me fâcher bien fort contre Lui !

Aucune de mes Marie n'a eu une seule ligne de moi le jour de l'Assomption. Si j'avais pu tracer une page elle vous revenait de droit. Mais vous avez bien compris que le silence n'était qu'apparent

et que dans le sanctuaire de l’âme ainsi qu’à l’autel votre père s’est dédommagé. Dites moi si la T.S. Vierge vous a un peu gâtée. Je lui avais demandé de vous gâter comme la plus enfant de mes enfants et la plus chérie de ses protégées. Un seul cadeau de fête me paraît pour vous digne de votre ambi [2 v°]tion et de l'ambition paternelle, l'amour de Jésus, mais un amour généreux, un amour prêt à tout, un amour riche en sacrifices et en très gros sacrifices, lors même que Dieu en tiendrait en réserve de plus gros que le Canada.

Vous ai-je dit que je m'embarquerai le 4 octobre au Havre. Le 22 je quitte Bruxelles. Les derniers jours seront partagés entre Paris et Rouen. Si je pouvais vous y bénir! Faut il l'espérer ?

Priez pour notre apostolat. Je cache votre âme dans mon âme et toutes les deux dans le Coeur de Jésus.

A.P.

Mon adresse là bas: Collège Ste Marie. Rue Bleury. Montréal. Canada.