Imprimer

Du Père Pichon à Sr Marie du Sacré Cœur - 9 mars 1887. Fragments

Du Père Pichon à Sr Marie du Sacré Cœur 9 mars 1887. Fragments


+Vannes 9 M

Ma très heureuse enfant en N.S.

J’arrive de Ste Anne d’Auray où je vous ai fait une très large part au St Autel et dans toutes mes prières. Il me paraît vraisemblable que vous entrerez en retraite demain soir. Par la pensée je vais vous suivre pas à pas dans cette ascension de votre âme vers Dieu. Quittez la terre. Emigrez vers ces hautes régions où vous trouverez Celui qui a fixé toute l’affection de votre cœur. Celui qui vous met au défi [1v°] de L’aimer autant qu’il vous aime. Cherchez bien tous les sacrifices qu’il daignerait accepter de vous ; point de rapine dans l’holocauste.

Une de mes meilleures enfants vient ce soir à Vannes se mettre en retraite pour sortir de l’hésitation où elle est entre un prétendant mortel et Jésus. Que vous êtes cent fois, mille fois plus privilégiée ! N.S. ne vous a même pas permis de mettre jamais son amour en question Si vous ne savez pas vous immoler pour le divin bien-aimé (2r°] je dirai partout que vous n’avez pas de cœur, que vous avez perdu celui que Dieu vous avait donné, si bon, si tendre, si généreux, si ardent !

Je mets tout le ciel en réquisition. Surtout je (….)

[2 v°] sans compter sur aucune consolation, sans réclamer une seule gâterie, donnant tout sans rien demander, voilà votre programme. Méditez le.

Oui, je prie afin que (….)

[tv] Rappelez moi au (…) aux ferventes prières (…)

 

Retour à la liste des correspondants