Imprimer

Du Père Pichon à sœur Marie du Sacré-Cœur - 1889‑1890

 

Du Père Pichon à sœur Marie du Sacré-Cœur. 1889‑1890.

Adorez la croix du Bon Sauveur. C'est la croix que Jésus a voulue de toute éternité, qu'il a choisie de
préférence à tant d'autres, qu'il a plantée dans nos cœurs, O bonne Croix ! nous écrierons-nous au Paradis.
Préludons dès ici-bas !
Il faut bien des combats pour terminer une campagne et c'est à travers cent défaites qu'on parvient à la
victoire décisive. Guerroyer sans relâche, voilà la part des braves ! Plus le triomphe a été chèrement
acheté, plus il est doux.
Que je vous félicite d'avoir le plein du coeur devant Jésus. Il y a tant de cœurs à qui Jésus ne suffit pas !
Quelque chose en moi rugit comme le lion du désert lorsque vous me menacez de me retrancher vos
lettres, de les raréfier. Est-ce possible que vous écoutiez de telles suggestions de l'ennemi ?
Offrez tout, même le Bon Pasteur (il veut sans doute dire le « Bon Sauveur » de Caen) pour racheter des
âmes.
Soignez votre Céline, ordon (…)

Retour à la liste des correspondants