Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Thérèse - Vers le 20 décembre 1882

De sœur Agnès de Jésus à Thérèse.
Vers le 20 décembre 1882


J.M.J.T.
Jésus
Pour Thérèse


Mon petit enfant chéri,
Je viens te demander tes deux bébés (des poupées), le petit et le grand. Nous en avons besoin pour
représenter l'Enfant Jésus dans une jolie crèche que nous fabriquons. Je choisirai lequel des deux sera
le plus convenable, j'ai pensé d'abord au petit, mais le grand me plaît bien aussi; enfin, je verrai.
Ce ne sera que pour un jour, ne crains pas que nous gardions tes chers enfants tout le mois de Noël.
Ah! je serais bien fâchée de faire accepter une telle épreuve à ton cœur maternel!
Dès mardi matin les deux poupons te reviendront sains et saufs... et je les chargerai de toutes mes
caresses pour ma bien-aimée petite malade...
Mais, que c'est vilain Mademoiselle, de vous aviser d'être malade comme cela! Attendez que je vous
gronde... Votre pauvre petit Paulin ici dans son cloître en rêve la nuit de vos douleurs de côté, de tête,
de cœur, de vos boutons et emplâtres... ah! méchante enfant!
Mais c'est égal, si le petit Paulin se fâche, Agnès ne sait que chérir et caresser son Benjamin.
Mignonne, je t'aime plus que je ne saurais le dire; tu es le petit bouton du rosier de mes affections...
Aussi, comme je veille sur lui, comme j'ai hâte de le voir s'épanouir au Soleil si doux de l'Amour du
petit Jésus!
Et puis, j'ai mes secrets, mes espérances à moi!... quand le bouton sera devenu rose, je sais bien où je

 

la placerai, ma rose chérie...
Mais, adieu, petit bouton, guéris-toi bien vite pour venir voir
Ton Agnès
Demande à Marie si elle pourrait m'envoyer aujourd'hui en même temps que les bébés quelques
mouchoirs et tabliers de bergères comme il y en avait à mes petites pièces (de théâtre). Mais je crois
que tout cela est chez ma Tante. Ce serait pour chanter le petit Noël. Ma Sœur Isabelle des Anges
(postulante - elle quitta sans prendre l'habit) et moi, on voudrait nous habiller en bergères.

Retour à la liste des correspondants