Imprimer

Sr Agnès à Marie MSC - 27 28 juillet 1885.

Sr Agnès à Marie MSC 27 28 juillet 1885.

 

J.M.J.T.

Que ta lettre m'a rendue heureuse ma petite soeur chérie ! Oh que je t'aime, comme je te comprends bien ! J'ai contemplé de près la petite fleur venue de si loin (fleur cueillie sur le rocher tout près du Niagara et envoyée par le P. Pichon à Marie le 4/7/1885) et j'ai compris ton brisement de coeur. La Mère Marie de Gonzague a relu plusieurs fois cette phrase : « Pour une fleur tout est brisé. » Et elle m'a dit : « Oh oui, je comprends cela ! » C'est bien une Mère unique aussi celle-là…

Ce soir après complies j'ai été relire à mon aise cette lettre du Père, et je [v°] ne pouvais me détacher de son adieu : « Que Jésus garde bien dans son Coeur ce petit faisceau de nos âmes, ce nous deux unique ! »

Marie, j’ai pensé que nous deux, c'est bien un nous deux unique aussi !… Oh ! quels mystères restent en ce moment sous ma plume ! je pourrais dire comme Thérèse : « Je comprends et je voudrais exprimer tout mais cela passe connue un éclair..... »

Adieu, toi que j'aime, autant qu'il est possible, d'aimer sur la terre. Je retrouve ton coeur dans mon coeur à chaque instant du jour.

Sr Agnès de Jésus.

r. c. ind.  

Nous ne fêterons sainte Marthe que dimanche prochain (2 août, au lieu du 29 juillet, jour de la Sainte Marthe, fête des sœurs converses à l’époque)

[v°tv] Voudrais-tu m’envoyer le plus tôt possible la chanson de la charbonnière et meunière que ma Tante doit avoir avec la musique.

Retour à la liste des correspondants