Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Thérèse - 3 avril (?) 1884

De sœur Agnès de Jésus à Thérèse.
3 avril (?) 1884


J.M.J.T.


Quel bonheur, mon petit chéri, que ta Première Communion soit le 8 Mai. Oh! qu'il me sera doux de
me donner au bon Dieu le même jour que toi. Il faudra bien prier pour ton Agnès car vois-tu, mon
Benjamin, c'est une grâce si grande et dont je suis si indigne, de devenir l'Epouse de Jésus!
Et puis, écoute; je vais te faire tout de suite ma petite confidente:
A toi qui es encore toute petite, Jésus se donnera tout petit, ce sera l'Enfant divin que Marie a bercé,
réchauffé sur son cœur dans la nuit de Noël. Il te sourira, ses petites mains pour toi seront remplies de
roses, et les Anges en détacheront les épines. Rien ne te blessera, tout sera riant et beau, cette matinée
deviendra une matinée du Ciel!
Ah! pour moi aussi sans doute ce jour sera un jour du Ciel, mais à moi qui suis grande Jésus se
donnera grand, c'est-à-dire que je ne le verrai pas dans sa crèche, comme toi mon chéri, mais sur
la croix et sans autres roses que l'amour de ses épines, sans autre sourire que ses larmes. Il faudra
donc demander pour moi à ton petit Jésus, la grâce de l'aimer grand, de vivre et de mourir à l'ombre
de sa croix, de ne lui refuser aucun des sacrifices que doit exiger son amour. Et moi de mon côté, je
demanderai au Grand Jésus que ma Thérésita l'aime tant, tant, tant tout petit dans sa crèche qu'elle
mérite un jour comme son Agnès de l'aimer grand sur la croix.
Adieu mon chéri, je t'aime!...

Retour à la liste des correspondants