Imprimer

De sœur Agnès de Jésus à Céline - 1er Juin 1883

De sœur Agnès de Jésus à Céline

 

J.M.J.T.

 

Vive Jésus ! ler Juin 1883

Mon petit Célin

Ta longue lettre m'a fait beaucoup de plaisir, j'y aurais répondu plus tôt mais je comptais te voir Jeudi et faire de ma visite une réponse. [1 v°] Ainsi comme tu vois voilà un petit mot qui n'aurait pas été aux Buissonnets sans ton sacrifice de Jeudi (31 mai.)

Chère petite, tes dessins m'ont ravie, il faut continuer à t'appliquer beaucoup, tu réussiras, j'en suis sûre.

Mais avant tout, ma chérie, il faut t'appliquer à devenir bien bonne, n'est ce pas ? Voici le mois du Sacré [2 r°] Coeur, passons le toutes les deux à nous corriger de nos défauts, à rendre notre âme bien agréable à Jésus... Il y a assez de méchants qui lui font de la peine, qui l'outragent ce bon Jésus ! Hélas, chère mignonne, ne nous mêlons pas à ces ingrats pour le méconnaître par nos indifférences. De temps en temps dans la journée donnons lui notre coeur si faible, si pauvre, demandons lui de le [2 v°] cacher dans le sien, là il deviendra fort, nous n'aurons plus tant de peine à nous vaincre dans les mille petites occasions où nous sommes toujours près de faillir, et puis encore il deviendra riche, notre pauvre petit coeur, oui riche, de la richesse même du Coeur de Jésus c'est à dire de son amour.

Adieu ma petite fille bien aimée, tu vas trouver que je te prêche mais non tu es grande maintenant et je te parle comme à ma petite confidente chérie.

Ton Agnès

[1 r° tv) Merci pour le joli petit porte paquet, tout le monde l'a admiré. C'est bien trop beau pour une carmélite, enfin ce sera un souvenir de ma petite fille chérie et pour cela je le garderai.

Retour à la liste des correspondants