Imprimer

De sœur Agnès à Céline - 6 13 janvier 1883.

De sœur Agnès à Céline. 6 13 janvier 1883.

 

J.M.J.T.

Vive Jésus

Mon petit Célin chéri,

J'attends ta lettre avec impatience ; je pense qu’elle m'arrivera demain matin par Marie.

Dis-moi de bonnes [1 v°] choses surtout, dis moi que tu es sage docile, que tu t'efforces de devenir bien humble, bien obéissante, bien douce : oh ! voilà ce qui me ferait plaisir, et non seulement à moi, car ce serait peu de chose, mais à l'Enfant Jésus, à cet aimable petit Roi, qui voudrait si bien régner sur le coeur de ma petite Céline. [2 r°] As tu pensé à lui offrir des présents avec les Mages le jour de l'Epiphanie ? Si tu ne l'as pas fait il faut bien vite te dépêcher d'en fabriquer avant dimanche (le 14 janvier) qui est le dernier jour de l'Octave. Oh ! ma chère petite, soyons bien bonne, bien bonne, consolons le Divin Enfant de la Crèche si méconnu, si outragé aujourd'hui. [2 v°] Tu vois que je te parle comme à une grande personne et en effet je ne te considère plus mainte­nant comme un bébé, à 13 ans on est déjà sérieux, on doit l'être du moins.

Adieu, ma petite fille, aime moi bien comme je t'aime.

Ton Agnès

 

Retour à la liste des correspondants