Imprimer

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin - 31 août ou 3 septembre 1883.

 

de Pauline (Agnès de Jésus) à son père M. Martin

            31 août ou 3 septembre 1883.

J. M. J. T.

Vive Jésus et St Louis pour la seconde fois…

Mon petit Père bien-aimé,

Tout le monde dit : la fête passée, adieu le Saint, mais si c'est vrai 99 fois sur 100, voici l'exception aujourd'hui. . . Oui, cette année Saint Louis pour nous doit avoir deux jours de fête, il convient aux absents de revendiquer leurs droits surtout pour fêter un Père et le meilleur des Pères. Il y a huit jours c'étaient tes quatre trésors présents qui te donnaient toute leur tendresse et t'offraient la richesse de leurs vœux. . . Aujourd'hui c'est mon [1v°] tour, le tour de la petite absente mais pour qui l'amour de son Père est toujours présent et permanent.

J'espère mon cher Papa que la petite lettre de Vendredi 24 Août t'aura fait comprendre de loin combien j'étais près de toi par le cœur et la pensée, combien aussi je priais le grand St Louis de te combler de bénédictions et de t'obtenir les plus belles faveurs du Ciel. Il ne me reste donc plus rien à faire que de t'embrasser bien fort, bien fort en t'offrant une fois de plus, mais cette fois de tout près, le bouquet de mon amour filial et parmi ses fleurs une petite image qui te rassurera ou plutôt te répétera combien est sûr et plein de charmes le chemin qui me conduit au Ciel. C'est moi qui suis dans le petit bateau et c'est Jésus qui [2 r°] est mon Pilote, comment ne pas parvenir heureusement au port ?

Les petits pigeons et leur maisonnette sont offerts par Notre bonne Mère, l'un est chargé de parler pour elle, l'autre pour ma Mère Marie de Gonzague. . . « Chères, petites colombes faites bien votre message, ­emportez et chantez aux Buissonnets tous les vœux du Carmel. »

Adieu mon petit Père chéri, à toi toute la tendresse de mon cœur

Ton Agnès

Retour à la liste des correspondants