Imprimer

De Pauline à sa mère - 30 mai 1877.

 

De Pauline à sa mère. 30 mai 1877.

 

Visitation 30 mai 1877

Ma Chère petite Mère

Je profite d’une occasion qui vient de se présenter pour t’écrire, je suis tout heureuse de pouvoir ainsi me retrouver quelques instants avec toi avant le jour tant désiré où nous nous verrons.

Ta lettre m’a fait un plaisir extrême, oh ! si tu savais ma petite Mère chérie, combien je me réjouis d’aller à Lourdes ! Ce n’est pas pour ­avoir le plaisir de voyager et de voir du pays, oh non, je n’ai pas le cœur à m’occuper [1v°] de cela!. . . Quand on a une si grande grâce à obtenir, on ne pense qu’à prier de toute son âme afin d’être exaucé. . . J’espère ma chère petite Mère que tu ne souffres pas davantage, il n’y a que cette souffrance qui me tracasse pour le moment car depuis quelque temps j’ai une confiance sans bornes que nous obtiendrons le miracle et plus le moment du pèlerinage approche, plus j’espère. . .

En attendant je prie la ste Vierge de tout mon cœur. . . J’ai fait ta commission à ma Sœur Marie Gertrude (Sœur Marie-Gertrude Bigot), elle m’a promis de te donner une intention dans toutes ses prières.

Le voilà donc fini le beau mois de Marie, j’en éprouverais de la peine si le mois de juin ne m’offrait bien des grâces et des grâces immenses ! ! !…. . . .

En attendant je vais employer de mon mieux les deux jours qui restent encore du mois de Mai.

[2 v°] Ma petite Mère chérie, je suis heureuse de pouvoir t’annoncer que je vais mieux depuis quelques jours, j’espère que je serai bientôt tout à fait remise. Mais avec toutes ces espérances j’ai peur d’espérer encore longtemps !. . .

Toutes mes compagnes sont vraiment charmantes, elles ont appris par moi que tu étais souffrante (sans savoir pour cela ce que tu as) elles font des prières et des neuvaines qui me touchent profondément. Marie-Thérèse, Louise Gasse et Louise Gandais sont les plus ardentes elles ont vraiment à cœur d’obtenir le miracle et m’ont promis de beaucoup prier pendant que nous serons à Lourdes.

Au revoir ma chère petite Mère, reçois mille bien tendres baisers de la part de ta petite fille chérie,

Pauline enft de Marie

P. S. Je te prie ma chère petite Mère de bien embrasser pour moi Papa, mes petites sœurs et Louise.

Retour à la liste des correspondants