Imprimer

De Pauline à Mme Martin - 3 décembre 1876.

 

De Pauline à Mme Martin. 3 décembre 1876.

 

                                                                         3 Décembre 1876.

Ma chère petite Mère

J'ai reçu ta longue lettre il y a 15 jours, aussi je suis dans l'attente de recevoir bientôt de tes nouvelles. J'espère que la petite indisposition de Céline n’a pas eu de suite, elle est si souvent malade......quelle différence de tempérament avec notre grosse Thérèse......... Je pense souvent à ces chers bébés, ce sont mes délices pendant les Vacances. . .

Monseigneur est revenu de Rome hier à 9 h. 1/2 du matin, nous attendons [l v°] sa visite avec impatience mais il est probable qu'elle va se faire attendre pendant quelques jours. . . Nous espérons toutes avoir un congé et d'ailleurs il nous a été promis par Monseigneur lui-même avant son départ pour Rome. . . il nous viendra de la part du St Père. . . s'il pouvait donc allonger nos Vacances du premier de l'an, quel bonheur.

Je suis chargée de te dire, ma chère petite Mère, que ma Tante ne pourra pas t'écrire pendant l'Avent aussi elle m'a dit de te rendre compte de l'état actuel de sa santé. La fièvre a beaucoup diminué et l'appétit est un peu revenu mais elle est bien plus oppressée qu'il y a un mois. C’est à peine si elle peut parler. Cependant j'espère toujours que nous aurons le bonheur de constater un jour une parfaite guérison. La joie [2r°] serait bien sûre plus grande sur la terre qu'au Ciel !. . . Mais en attendant je prie beaucoup afin que le bon Dieu exauce enfin nos prières.

Voilà le premier de l'an qui approche bien vite, quel bonheur de nous trouver encore une fois réunies. Je voudrais bien ma chère petite Mère que dans ta prochaine lettre tu me dises s'il faut que j’écrive et que j’envoie ici ma lettre de bonne année à mon Onde et à ma Tante de Lisieux ou bien s'il faut que je l'écrive à la maison.

Nous souhaiterions la fête de Notre Mère le 13 Décembre de Mardi en huit, nous louerons une pièce intitulée la Chaumière Bretonne ou la Malédiction d'une Mère. . . nous avons beaucoup de plaisir aux répétitions, c'est tout à fait [2 v°] amusant.

Mercredi dernier nous avons eu le congé de la Ste Catherine (congé du samedi 25 reporté au mercredi 29) ma Sœur Marie Louise de Gonzague nous a lu une très belle histoire nous avons travaillé pour les pauvres, enfin la journée a paru bien courte, car le temps a été parfaitement employé. Ma Sœur Marie Aloysia m'a donné une grande robe à faire, dans ce moment-ci elle est bien avancée, mais cela m'a pris beaucoup de temps aussi mes petites chemises ne seront pas finies, je tâcherai cependant d'apporter celle de Thérèse.

Au revoir ma bien aimée petite Mère, le t'embrasse comme je t'aime ainsi que Papa, mes petites sœurs et Louise

Ta petite chérie

Pauline

[2v°tv] je viens d'avec ma Tante, ma chère petite Mère, et je regrette maintenant de t'avoir donné de si bonnes nouvelles de sa santé. . . Elle se trouve plus mal depuis quelques jours ; la fièvre est revenue aussi forte et l'oppression a augmenté. Redoublons nos prières, il ne faut jamais se désespérer. . .

Retour à la liste des correspondants