Imprimer

De soeur Agnès à Céline - Vers le 20 décembre 1882.

De soeur Agnès à Céline. Vers le 20 décembre 1882.

 

J.M.J.T.

Jésus.

Mon petit Célin chéri,

Merci de ta belle image, de ta lettre et des petites confidences toutes filiales qu'elle contient.

Pauvre mignonne, si tu as confiance en moi, si tu m'aimes... va, crois le [1 v°] bien, mon coeur te paie de retour... tu n'es pas seulement ma sœur, ma filleule (filleule de confirmation. Céline a Mme Guérin pour marraine de baptême), tu es encore et pour toujours ma petite fille chérie, l'enfant que j'ai préparée à sa première communion, oui, que j'ai portée à Jésus pour la première fois ! Oh ! mais, ce sont de trop beaux titres pour que je ne les revendique pas...

Et ta petite crèche [2 r°] ou plutôt ton petit berceau est il bien joli ? as tu continué à l'orner de dentelles ? J'en fais un, moi aussi, mais j'ai bien peur que l'Enfant Jésus choisisse le tien de préférence... Holà, Mademoiselle, si cela arrivait, vous auriez la bonté de me passer votre aimable Poupon, seulement le temps de lui faire faire un petit somme dans le pauvre berceau de mon coeur. N'est  [2 v°] ce pas ? C’est entendu.

Et maintenant, ma chérie, je n'ai plus qu'à te dire adieu. Sois toujours bien bonne, rappelle toi souvent ta Première Communion, cette pensée te donnera du courage dans les moments difficiles.

Bonsoir, mon petit enfant chéri. Prie bien pour moi à la Messe de Minuit. As tu oublié celle de l'an dernier avec sa surprise ?...

Je t'embrasse comme je t'aime.

Ton Agnès.

Retour à la liste des correspondants