Imprimer

PN 13

 

 

    J. M. J. T.

 

 1. Je cherche une enfant qui ressemble
A Jésus, mon unique agneau
Afin de les garder ensemble
Tous deux en un même berceau.

 

2. L'Ange de la Sainte Patrie
De ce bonheur serait jaloux !...
Mais je le donne à toi, Marie,
L'Enfant Dieu sera ton Epoux !...

 

3. C'est toi-même que j'ai choisie
Pour être de Jésus la soeur.
Veux-tu Lui tenir compagnie ?...
Tu reposeras sur mon coeur....

 

4. Je te cacherai sous le voile
Où s'abrite le Roi des Cieux,
Mon Fils sera la seule étoile
Désormais brillante à tes yeux.

 

5. Mais pour que toujours je t'abrite,
Sous mon voile près de Jésus,
Il te faudra rester petite,
Parée d'enfantines vertus....

 

6. Je veux que sur ton front rayonne
La douceur et la pureté
Mais la vertu que je te donne
Surtout, c'est la Simplicité.

 

7. Le Dieu, L'Unique en trois personnes
Qu'adorent les anges tremblants
L'Eternel veut que tu lui donnes
Le simple nom de Fleur des champs.

 

8. Comme une blanche pâquerette
Qui toujours regarde le Ciel
Sois aussi la simple fleurette
Du petit Enfant de Noël !...

 

9. Le monde méconnaît les charmes
Du Roi qui s'exile des Cieux
Bien souvent, tu verras des larmes
Briller en ses doux petits yeux.

 

10. Il faudra qu'oubliant tes peines
Pour réjouir l'Aimable Enfant
Tu bénisses tes douces chaînes
Et que tu chantes doucement !....

 

11. Le Dieu dont la toute-puissance
Arrête le flot qui mugit
Empruntant les traits de l'enfance
Veut devenir faible et petit.

 

12. La Parole incréée du Père
Qui pour toi s'exile ici-bas
Mon doux Agneau, ton petit Frère
Marie, ne te parlera pas !...

 

13. Ce silence est le premier gage
De son inexprimable amour
Comprenant ce muet langage
Tu l'imiteras chaque jour.

 

14. Et si parfois, Jésus sommeille
Tu reposeras près de Lui
Son coeur Divin qui toujours veille
Te servira de doux appui.

 

15. Ne t'inquiète pas, Marie
De l'ouvrage de chaque jour
Car ton travail en cette vie
Doit être uniquement : «L'Amour!»

 

16. Mais si quelqu'un vient à redire
Que tes oeuvres ne se voient pas
«J'aime beaucoup, pourras-tu dire
Voilà ma richesse ici-bas!...»

 

17. Jésus tressera ta couronne
Si tu ne veux que son amour
Si ton coeur en Lui s'abandonne
Il te fera régner toujours.

 

18. Après la nuit de cette vie
Invitée par Son doux Regard
Dans le Ciel ton âme ravie
Volera sans aucun retard !...

 

La nuit de Noël 1894

(Air du cantique : Sur le grand mât d'une corvette)

La Reine du Ciel à son enfant bien-aimée
Marie de la Ste Face

 

 

Voir la partitionVoir la synopse


800x600 Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin:0cm; mso-para-margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family:"Times New Roman","serif";}

datation: 25 décembre 1894

destinataire: Céline – à l'époque Marie de la Sainte Face

Céline est entrée depuis le 14 septembre, et elle va vivre au carmel son premier Noël alors qu'elle ne trouve pas tout très rose. Sa petite sœur intervient par ces lignes à la fois douces et encourageantes.

 

Voir la partition – Voir la synopse