Imprimer

PN 37

 

 

21 Août 1896   

J. M. J. T.


1. C'est un triste bouquet de fête,
Que ces misérables quatrains...
Mais hélas ! au fond de ma tête,
Sont restés les Alexandrins !...

 

2. Il fallait, j'en ai souvenance :
«Des Alexandrins pour Francis.»
Je devrais garder le silence
Devant un ordre aussi précis....

 

3. Mais connaissant bien l'indulgence
De Jeanne et du Savant Docteur,
Sans Alexandrins, je m'avance,
Pour fêter mon Aimable Soeur.

 

(Thérèse de l'Enf. Jésus)

 

C'est un triste bouquet de fête

 

 

 

datation: 21 août 1896

destinataire: le couple La Néele

A l'occasion de la fête de Jeanne