Imprimer

PN 9


Auprès de vous, mon Dieu, je me souviens d'un Père,

L 'apôtre bien-aimé de votre Sacré-Coeur.

M ais il est exilé sur la rive étrangère...

I l en est temps enfin, ramenez mon Pasteur !

R endez à vos enfants leur guide et leur lumière,

E n France, rappelez votre apôtre, Seigneur.

 

11 Septembre 1894

 

Prière d'une enfant exilée

 

 

 

datation: 11 septembre 1894

destinataire: le P. Pichon

Thérèse écrit ce poème pour la fête du Père Pichon (saint Almire, ermite fêté le 11 septembre), à la demande de Marie du Sacré-Cœur. C'est un acrostiche, un poème écrit de telle manière qu'en lisant dans le sens vertical la première lettre de chaque vers, on retrouve le prénom du destinataire. En examinant les brouillons, on voit que Thérèse explorait d'abord le rôle du Père Pichon dans la vie de Marie (Br 1). Thérèse ne porte pas le P. Pichon dans son cœur, ayant appris depuis le mois d'août qu'il voulait Céline pour le Canada, mais elle arrive néanmoins à terminer son petit poème.