Imprimer

Sr Françoise Thérèse à ses trois soeurs - 24 septembre 1925

Sr Françoise Thérèse Martin à ses trois sœurs du Carmel

24 Septembre 1925

Petites sœurs tant aimées,

Voyez j'ai mis la date de nos lettres perdues pour vous donner l'illusion qu'elles ne le sont pas. Voilà la quatrième lettre intime qui ne vous parvient pas, je ne puis vous dire ce que mon pauvre coeur en souffre.

Maman chérie, tu me fais pleurer! Comment peux-tu dire que tu as des dettes envers nous? Dis plutôt que tu es prodigue envers nous et tu seras dans la vérité. Notre Carmel aimé est un de nos plus grands bienfaiteurs, aussi tous nos cœurs débordent de reconnaissance.

Voici les détails de la visite du Cardinal Vico. Son Eminence aussitôt entré dans la clôture a réclamé Sr Léonie qui était à sa vraie place, c'est-à-dire au bout de la procession car tout le couvent était là, croix en tête et chantant le Benedictus. Je suis donc venue m'agenouiller à ses pieds et baiser son anneau. La chambre des assemblées était décorée aux armoiries du St Père de son Eminence et de Monseigneur. C'est là que le bon Cardinal me présenta le magnifique portrait de sa Sainteté que vous avez vu, parait-il. Alors mon étonnement, mêlé d'une joie indicible était au comble, en voyant cette bénédiction si ardemment désirée pour mes noces d'argent de profession et signée de la main du St Père, je l'ai baisée plusieurs fois. Son Eminence parut surprise que je n'aie que vingt cinq ans de profession, je répondis à ses différentes questions que j'étais entrée ici dix huit mois environ après la mort de Thérèse à laquelle je devais ma vocation religieuse et qu'avent mon entrée en religion j'habitais chez mon oncle et ma tante Guérin. Ce bon Cardinal si paternel voulait m'avoir auprès de lui au jardin, partout il demandait sa petite Sr Léonie qui était toute confuse de tant de bienveillance.

Après la bénédiction de la statue à laquelle était attachée pour les assistants 200 jours d'indulgence, la Communauté a chanté ce délicieux couplet composé par notre Mère chérie pour la circonstance :

0 Thérèse, bénis le Prince de l'Église

Que délègue vers nous le Pontife Romain

De tes roses, choisis pour lui la plus exquise

Effeuille-la sur son chemin

Petite Fleur de ton parfum suave

Console et réjouis le Suprême Pasteur,

Et qu'il puisse régner désormais sans entrave Petite Fleur!

Mgr a demandé à notre Mère devant le Cardinal qui s'en est montré satisfait, de faire mettre une plaque commémorative sur le socle; elle est en cuivre vernis, en voici le texte:

Cette statue a été bénite par son Eminence le Cardinal Vico, Légat du Pape, en présence de sa Grandeur Mgr Lemonnier, Évêque de Bayeux. Le 28 Septembre 1925

Nous comprenons maintenant pourquoi notre sainte chérie, s'est fait tant attendre, elle voulait être bénie par le représentent du Pape.

Cette visite nous laisse un souvenir ineffable, nous sentions la Ste Eglise au milieu de nous puisque nous possédions le Légat du Souverain Pontife. Que nous étions heureuses!

Il nous a encore accordé la grande faveur que la fête de notre Sainte Sœur Marguerite Marie soit mise à perpétuité au rite double pour tout notre saint Institut.

Que dites-vous sœurs chéries, de la photographie de notre joli petit parterre qui entoure la statue de Thérèse, vous plaît il? Les grandes pâquerettes que vous voyez viennent du Carmel, il y en a partout dans le jardin. Notre sainte placée où elle est, regarde le Sacré Coeur de la façade.

Ma lettre me parait bien insignifiante j'ai cependant fait de mon mieux pour vous faire plaisir. Etes-vous contentes? Je vous embrasse de tout mon coeur extrêmement aimant.