Imprimer

Sr Françoise Thérèse à M. Guérin - 30 septembre 1906

Sr Françoise Thérèse Martin à son oncle Mr. Guérin

V+ J ! De notre Monastère de Caen le 30 Septembre 1906

Mon bien cher Oncle,

Je vous attendais presque cette dernière semaine de septembre le temps était si beau, vous n'avez pas encore quitté les Sorbiers sans doute? vos santés sont elles à peu près bonnes? J'ai eu des nouvelles de vous tous par Auguste le Sacristain du Carmel qui est venu me voir avec sa femme et son petit garçon, il est bien gentil cet enfant.

Ninette qui est venue nous voir aussi, qu'est-ce que vous en pensez. Elle nous a fait une très bonne impression, elle est plus pondérée, elle aura toujours ce fond d'originalité propre aux Américains, mais elle est profondément humble et elle aime tant le bon Dieu.

Nous attendons une occasion sûre pour vous retourner le livre du St Suaire, que c'est beau! mon cher Oncle, que vous êtes bon de nous l'avoir prêté, je vous demande pardon de l'avoir gardé si longtemps, c'est de ma faute parce que j'ai lu avec un vif intérêt tout ce que vous nous avez indiqué, c'est ainsi que l'on découvre sur les images bien des choses qui nous échapperaient sans cela, que c'est beau! que c'est touchant! comme l'on sent le divin. Je n'en reviens pas de voir comme Céline a parfaitement copié la divine Face, c'est admirable! que de conversions cette image fera, je m'en réjouis: notre doux Jésus n'est pas connu, voilà pourquoi n'est pas aimé.

Je crois bien faire notre grande retraite annuelle dans une dizaine de jours, priez bien pour moi mon cher Oncle, pour que je devienne une sainte, j'ai juste assez d'esprit pour cela notre bonne Mère me l'a dit (pas textuellement). Je ne vous oublie pas non plus dans mes pauvres prières vous le savez, je vous aime tant, en cela je ne cède rien à nos petites Carmélites, nous rivalisons toutes quatre de tendresse et d'affection pour le meilleur des oncles: volontiers nous disons avec votre petit Benjamin (notre papa on en fait plus de comme ça), qu'elle était spirituelle notre chérie...

Ma santé est bonne en ce moment, parfois je souffre de faiblesse surtout le matin, notre bonne Mère, craignant de me donner des remèdes trop forts qui exciteraient l'exzéma qui lui se porte à merveille, m'a priée de faire demander à notre cher docteur ce qui pourrait me fortifier sans inconvénient.

Voilà neuf ans aujourd'hui que notre ange a pris son vol vers le Ciel: nous irons bientôt rejoindre nos bien aimés.

Je vous embrasse tous les trois de tout mon coeur.

Votre petite visitandine

Sr Fse Thérèse

D.S.B.