Imprimer

Sr Geneviève (Céline) à Sr Françoise Thérèse - 15 mai 1941

Sr Geneviève de la Ste Face à sa sœur Françoise Thérèse

J.M.J.T.

P.C.                                                                               Carmel de Lisieux le 15 Mai 1941

Ma Léonie chérie,

J'attendais pour t'écrire les abords du 3 juin afin d'arriver pour ton anniversaire avec mes vœux bien ardents et mes baisers bien affectueux. Mais une occasion me fait devancer toutes ces bonnes choses à ton adresse ; tu n'en seras pas fâchée, j'espère.

Je viens de prendre ma retraite, car maintenant que je suis vieille le mois de février, époque de ma Profession, me paraît triste ; j'aime tant le jardin et le printemps où tout renaît à la vie. Hélas ! cela ne suffit pas pour mettre le soleil dans l'âme et rendre l'exil moins pesant. Il n'y a qu'un rayon d'En-Haut qui peut faire cela.

Je ne te dirai pas que j'ai eu des consolations, car cela serait faux, mais j'ai eu une bonne pensée que le bon Dieu m'a donnée et qui me reste comme un cordial pour me donner des forces afin que je supporte mieux le climat débilitant de cette vie.

J'ai pensé que ce qui faisait le plus de plaisir à Jésus c'est quand on est toujours content de ce qu'il fait ou laisse faire ; aussi j'ai pris la résolution de dire souvent en moi-même cette parole : "Vous me comblez de joie, Seigneur, par tout ce que vous faites" même quand ma nature pensera tout le contraire. Oui, je veux n'avoir pour lui que des louanges et des actions de grâces et lui faire toujours des compliments quoi qu'il arrive.

Maintenant que voilà faite ma confidence intime, je vais te dire que nous avons beaucoup de chagrin en ce moment. Notre Mère compte sur moi pour en parler. Notre cher Aumônier est bien malade et je crois que nous ne le reverrons jamais. Il a dû subir une 2è opération dans l'orbite de l'œil enlevé et il a été constaté là un cancer déjà avancé ; on a dû lui faire une incision jusque sur la joue et le pus coule toujours. C'est un véritable saint et il prend son épreuve comme tel, mais nous sommes bien tristes. Nous n'avons même plus de confesseur, car Mr. Bisson a 83 ans et ne peut plus faire le trajet de la Providence au Carmel. Il était notre confesseur extraordinaire. Notre Mère a écrit à Monseigneur pour lui demander comment faire,

Pour ton anniversaire, ma Sœur chérie, je t'envoie la poésie de notre Mère que j'ai copiée pour toi, à la machine. Depuis longtemps et devant chaque circonstance de la vie, notre Mère me disait toujours que, sur la terre, tout était de "l'à peu près" et qu'elle ferait un poésie là-dessus. Voilà de cela plusieurs années et je l'ai tant tracassée qu'elle a fini par le faire pour mon anniversaire du 28 avril dernier.

Je te mets aussi deux fleurs de notre jardin, de la part de tes deux petites sœurs. Il va sans dire que la communion du 3 sera pour toi. Que c'est beau d'avoir 78 ans que cela suppose de mérites !.... Sois heureuse, ma Léonie, si tu voyais tout ce qui t'attend, tu en mourrais de joie...

Et maintenant, dis à ta Maman-Agneau combien je l'aime, embrasse-la bien fort pour moi et qu'elle te le rende pour moi !

Ta petite Céline,

Sr. Geneviève de la Sainte-Face

c.d.i.