Imprimer

Synopse retouches Pn 28

Version originale de Thérèse

Version de Agnès de Jésus

Le Cantique Eternel chanté dès l'exil

A notre chère petite Soeur
Marie de la Trinité et de la Sainte Face.

 
1. Ton épouse exilée, sur la rive étrangère
Peut chanter de l'Amour le cantique éternel
Puisque, mon Doux Jésus, tu daignes sur la terre
Du feu de ton Amour l'embraser comme au Ciel.

 

2. Mon Bien-Aimé, Beauté suprême
A moi tu te donnes toi-même
Mais en retour, Jésus, je t'aime
Et ma vie n'est qu'un seul acte d'amour !

 

3. Oubliant ma grande misère
Tu viens habiter en mon coeur.
Mon faible Amour, ah quel mystère !
Suffit pour t'enchaîner, Seigneur.
Mon Bien-Aimé etc......

 

4. Amour qui m'enflamme
Pénètre mon âme
Viens, je te réclame,
Viens, consume-moi.

 

5. Ton ardeur me presse
Et je veux sans cesse
Divine fournaise
M'abîmer en toi.

 

6. Seigneur, la souffrance
Devient jouissance
Quand l'âme s'élance
Vers toi sans retour.

 

7. Céleste Patrie
Joies de l'autre vie
Mon âme ravie
Vous goûte toujours.

 

8. Céleste Patrie
Joies de l'autre vie
Vous n'êtes que l'Amour !
 

Cantique éternel chanté dès l'exil

 


Ton épouse, ô mon Dieu, sur la rive étrangère
Peut chanter de l'amour le cantique éternel ;
Puisqu'au sein de l'exil tu daignes, sur la terre,
Du feu de ton amour l'embraser comme au ciel !

 

Mon Bien-Aimé, beauté suprême !
A moi tu te donnes toi-même ;
Mais en retour, Jésus, je t'aime :
Fais de ma vie un seul acte d'amour !

 

Oubliant ma grande misère,
Tu viens habiter dans mon cœur.
Mon faible amour, ah ! quel mystère !
Suffit pour t'enchaîner, Seigneur.

 

Amour qui m'enflamme,
Pénètre mon âme !
Viens, je te réclame,
Viens, consume-moi !

 

Ton ardeur me presse,
Et je veux sans cesse,
Divine fournaise,
M'abîmer en toi.

 

Seigneur, la souffrance
Devient jouissance,
Quand l'amour s'élance
Vers toi sans retour.

 

Céleste patrie,
Douceur infinie,
Mon âme ravie
Vous a chaque jour...

Céleste patrie
O joie infinie,
Vous n'êtes que l'Amour !

Retour à l'accueil des poésies