Imprimer

Testaments de Notre Père St Jean de la Croix

Saint Jean de la Croix est fêté au temps de Thérèse le 24 novembre. Dès sa première fête du saint au Carmel, en 1888, elle copie un billet tiré au sort ce jour‑là comme « testament ». A nouveau, en 1891, elle recopiera un billet tiré au sort :  Ma fille, je vous laisse mon dépouillement intérieur. L'âme qui veut posséder Dieu entièrement doit renoncer à tout pour se donner toute entière à ce grand Dieu !... »


1 : Celui qui consent à souffrir pour Dieu montre bien que vraiment il s’est donné à Dieu et qu’il l’aime.
2 : A mesure que l’âme éprise de l’amour divin se dépouille de l’élément naturel, l’élément divin se répand en elle surnaturellement, car Dieu ne laisse jamais de vide sans le combler.
3 : Le pauvre d’esprit trouve son contentement et sa joie à manquer de tout ; et celui dont le cœur ne désire rien est toujours au large.
5 : Ne cherchez pas la présence des créatures, si vous voulez conserver clairs et purs les traits de la Face divine en votre âme.
6 : L’amour ne se paie que par l’amour. L’âme qui aime Dieu ne doit ni vouloir ni espérer d’autre récompense que la perfection même de l’amour.
7 : Le Bien-Aimé après qui vous soupirez est caché dans votre cœur ; efforcez-vous de demeurer bien caché avec lui, pour le moment si fugitif de la vie du temps, et dans votre sein même vous le sentirez et vous l’embrasserez avec des transports d’amour.
8 : Que le premier soin de votre cœur soit d’exciter en vous un ardent et affectueux désir d’imiter Jésus en toutes vos œuvres, vous étudiant à faire chaque chose comme le Seigneur lui-même la ferait.
9 : Celui qui aime vraiment Dieu regarde comme un gain et une récompense de perdre toute chose et de se perdre encore lui-même pour Dieu.
10 : Ce que Dieu prétend, c’est de faire de nous des dieux, par participation de ce qu’il est lui-même par nature ; de même que le feu convertit toute chose en feu.
11 : Ne refusez pas un travail, quand bien même il vous semblerait au-dessus de vos forces, que chacun trouve en vous un cœur charitable et compatissant.
12 : Quand l’amour que l’on porte à la créature est une affection toute spirituelle et fondée en Dieu seul, à mesure qu’elle croît, l’amour de Dieu croît aussi dans votre âme ; plus alors le cœur se souvient du prochain, plus il se souvient aussi de Dieu et le désire, ces deux amours croissant à l’envi l’un de l’autre.
13 : Le plus petit acte de pur amour a plus de prix aux yeux de Dieu, il est plus profitable à l’Eglise et à l’âme elle-même que toutes les autres œuvres réunies.
14 : Ne vous laissez pas attrister soudain par les accidents fâcheux de ce monde ; car vous ignorez les biens qu’ils apportent et par quels secrets jugements de Dieu ils sont disposés pour la joie éternelle de ses élus.
16 : Le goût sensible est le moindre des avantages qui découlent du Saint-Sacrement, dans la Communion, dont le fruit principal est la grâce invisible.
17 : De même que le feu matériel délivre de leurs souillures les âmes du purgatoire, de même le feu de l’amour divin affranchit de leurs taches celles qui sont encore en ce monde.
18 : Il est de la dernière importance de s’exercer beaucoup à l’amour, afin que l’âme, se consommant rapidement en lui, ne s’arrête guère ici-bas et arrive promptement à voir son Dieu face à face.
19 : Toute perception et intelligence des choses surnaturelles ne saurait nous aider autant pour croître dans l’amour divin, que le plus petit acte de foi vive et d’espérance en Dieu, complètement dénué de toute lumière.
20 : Ayez soin de conserver votre cœur en paix ; qu’aucun événement humain ne le trouble ; songez que tout ici-bas doit finir.
21 : Heureuse l’âme qui aime ! Le Seigneur, devenu son captif par amour, est disposé à toutes ses aspirations. – La générosité de l’amour, tel est le secret pour obtenir de Dieu tout ce que l’on veut.
22 : C’est une grande chose que l’exercice assidu du saint amour ; et l’âme arrivée à la perfection et à la consommation de l’amour ne peut rester longtemps, soit en cette vie, soit en l’autre, sans voir la Face de Dieu.
23 : La ferme espérance est toute-puissante pour toucher et vaincre le Cœur de Dieu et pour atteindre à l’union d’amour. L’âme doit marcher en ne s’appuyant que sur l’espérance en Dieu seul, sans laquelle elle ne saurait rien obtenir.
24 : Au soir de cette vie, on vous examinera sur l’amour. Apprenez donc à aimer Dieu comme il veut être aimé, et laissez-vous vous-même.
25 : Dans l’état de vie parfaite, l’âme est toujours en fête, toujours joyeuse, elle chante un cantique toujours nouveau, et ce cantique est composé de joie, d’amour et d’intelligence.
26 : Dieu agrée tellement l’espérance d’une âme qui sans cesse est tournée vers lui, sans jamais abaisser ses yeux vers un autre objet, qu’on peut dire d’elle avec vérité : Elle obtient autant qu’elle espère.
27 : Une âme unie à Dieu est terrible au démon, comme Dieu lui-même.
28 : C’est l’opiniâtreté de l’espérance qui touche le Seigneur et triomphe de Lui.
29 : Dieu laisse voir leur beauté aux âmes arrivées à la perfection, il confie à leur fidélité les dons et les vertus dont il les a enrichies. Comme il n’y a plus chez elles aucun levain d’imperfection qui puisse corrompre la masse, tout devient pour ces âmes un nouveau motif d’amour, un nouveau sujet de louanges, sans aucun mélange de vanité ou de présomption.

Retour aux Petits mots