Imprimer

Du P. Pichon à Thérèse - 27 décembre 1888

Du P. Pichon à Thérèse.
27 décembre 1888


Sr Thérèse de l'Enfant Jésus
Montréal, 27 D.

Mon cher Benjamin en N.S.
Tout entourée d'épines, votre vocation m'apparaît plus belle et plus radieuse. Oh! Je jalouse votre part
si privilégiée: souffrir pour Jésus et quelles souffrances! Voilà le cadeau des fiançailles. Dieu cisèle
votre cœur et jusqu'aux fibres les plus délicates. Laissez-le faire de vous et de votre saint patriarche
tout ce qu'il voudra. Il n'est rien dans la divine Providence qui ne soit inspiré par l'amour d'un père.
Petit jouet de Jésus, brisé par la main adorée, chère orpheline crucifiée dans vos deux pères, pauvre
petit agnelet, que Jésus veut voir tout immolé à sa gloire, à ses divins caprices, j'aime les lignes où se
peint tout l'intime. Ma peine est de ne pouvoir y répondre de suite. Plaignez-moi et ne rognez pas votre
plume. Les âmes ne me laissent ici aucun loisir. Comment me dérober à leur avide poursuite. Ah ! les
occasions de les sauver surabondent. Priez, priez !
J'attends la lettre tant désirée, qui m'annoncera la date de votre prise d'habit en Janvier. Ce jour
bienheureux, jour du ciel sur la terre, je le solenniserai avec vous dans le Cœur de Jésus. Ma messe
vous appartient de droit et avec ma messe vous aurez tout ce que je puis donner, chapelet, Bréviaire,
etc.
A chère Enfant, comme vous avez bien raison de vous estimer plus heureuse au Calvaire qu'au Thabor.
Au Thabor, trouveriez--vous la Ste Vierge?
Entre votre âme et la mienne il n'y a pas un Océan; il n'y a même pas une pointe d'aiguille, un fil de
soie. Dans le Cœur de Jésus, c'est l'union parfaite, c'est la fusion.
Respectez tous les secrets de Jésus. En dépit des apparences ils sont si aimables !
Oui, oui, la robe de douleur vaut mille fois mieux que la robe de bure, fût-ce même la robe de Ste

 

Thérèse.
En rendant grâces à Dieu durant les derniers jours de cette année, je crie merci bien haut pour toutes
les faveurs qu'elle vous a apportées.
Le cher petit agnelet trouvera à la crèche dans le cœur de l'agneau divin mes vœux et mes meilleures
bénédictions dès l'aurore du nouvel an,
A. P.

Retour à la liste des correspondants