Imprimer

de sœur Marie du Sacré-Cœur à Thérèse - 8 janvier 1889

 

de sœur Marie du Sacré-Cœur à Thérèse.

8 janvier 1889

Petite fille chérie, mon cœur est plein de douces choses que je n'ai pas le temps de dire au petit agnelet. Après nous avoir bien éprouvés on dirait que Jésus se plaît à nous réjouir. Tout le monde est joyeux, on ne parle que de la noce de cette petite Reine. Vraie Reine ! qui a reçu les plus magnifiques joyaux qu'aucune reine ne reçut jamais. Oh! oui le Roi du Ciel a traité royalement sa petite fiancée. Ah! qu'elle lui demande le jour de ses fiançailles des grâces toutes particulières pour le patriarche chéri si aimé de Jésus! Qu'elle lui demande qu'il ne retombe pas comme auparavant, qu'elle l'en conjure, qu'elle l'embrasse, qu'elle le tienne bien serré contre son cœur jusqu'à ce qu'Il ait dit: Oui, je t'exauce!

A propos des cheveux blonds de ma petite fille qui tomberont sous le ciseau ce jour-là, savez-vous ce que j'ai pensé de doux. Dans le Cantique des Cantiques il est dit: Vous avez ravi mon cœur ma sœur, mon épouse, par l'un de vos yeux, et par l'UN de vos cheveux», Alors j'ai pensé que ces cheveux de mon petit agnelet raviraient encore bien mieux le Cœur de son Jésus! Car elle les donnera sans compter.

Et des trésors là-haut sans compter aussi!!!... lui seront rendus en échange!

 

Retour à la liste des correspondants