Imprimer

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Thérèse - Fin mai 1889

 

De sœur Marie du Sacré-Cœur à Thérèse.

Fin mai 1889

Mon petit agnelet chéri, je ne veux pas que ma retraite se passe sans vous dire un petit mot.

Priez bien pour moi afin que je devienne une sainte, car il ne nous restera que cela à la fin de notre vie... Alors nous ne regretterons pas d'avoir souffert le martyre du cœur! Alors nous bénirons la croix qui nous fait tant pleurer aujourd'hui. Alors notre père chéri environné de gloire en proportion de ses humiliations et de ses peines s'avancera vers nous et pourra nous appeler mieux que jamais: « Mon diamant », « ma perle fine» et « ma Reine ». Le diamant se sera purifié dans l'épreuve, la perle fine brillera entre toutes et la petite Reine parée de la robe blanche des Vierges sera vraiment Reine pour jamais !

Petit agnelet chéri, tout passe, tout passe ! Le soir de la vie viendra comme le soir de ce jour et le matin de l'éternité sera sans soir et sans lendemain ! - Un petit mot à votre pauvre grande sœur, ma Sr M. des Anges me l'a permis. Consolez-moi un peu, mon cœur est gros malgré tout quand je pense à notre cher petit père. Surtout ne m'écrivez pas ce soir, il faut dormir.

Retour à la liste des correspondants