Imprimer

De Mme Guérin à Thérèse - 8 septembre 1890

 

De Mme Guérin à Thérèse.
8 septembre 1890

Ma Chère petite Thérèse,
Je t'envoie une corbeille de fleurs. C'est Jeanne et le Docteur qui l'ont disposée pour notre repas de
famille. Il faut te dire qu'hier nous étions en grande réunion. Je me décide à t'envoyer cette corbeille
quoiqu'elle ait figuré sur notre table, il me semble qu'en ce jour de si grande fête pour toi, ma chérie,
elle va réjouir tes yeux. Les fleurs ne sont-elles pas une des joies de l'exil, et en [ce] jour où Jésus a
bien voulu t'agréer pour son épouse, n'est-il pas juste que tout soit joie autour de toi? Je ne puis t'en
écrire plus long ce matin, ma chère petite Thérèse, j'espère bien aller te voir cette après-midi. Nous
avons été privés ce matin de ne pouvoir assister à la messe du Carmel, nous sommes allés à la messe
à St Pierre et nous avons bien pensé à toi, ma Chérie.
Nous t'embrassons tous de tout notre cœur ainsi que tes sœurs. Présente, je te prie, nos respects à
Mère Marie de Gonzague et à Mère Geneviève.
Ta tante toute dévouée
C. Guérin

Retour à la liste des correspondants