Imprimer

De Mère Marie de Gonzague à Thérèse - octobre-novembre (?) 1889

 

De Mère Marie de Gonzague à Thérèse.

octobre-novembre (?) 1889

J.M.J.T

à Mon agnelet que je comprends jusqu'au fond de l'âme. O Enfant, oui l'exil est long mais il faut le remplir, le mien s'achève et le vôtre commence, je ne vais pas vous faire rire mais il faut la vérité en toutes choses ! Jésus a taillé ma violette pour souffrir et je ne veux pas être prophète aujourd'hui, mais je puis cependant dire à ma petite fille, c'est la souffrance, plus encore le sacrifice qui vous fera une grande sainte. Le tout ne nous sera pas ménagé, nous en aurons un beau faisceau à la fin de notre exil et, autre sainte Thérèse, si nous sommes fidèle, nous verrons le Jésus de Thérèse.

Priez pour ma pauvre âme que Jésus aime aussi malgré sa pauvreté, sa place sera à la porte du ciel. Mais obtenez-lui, enfant privilégiée de voir son Dieu. Je vous bénis.

Retour à la liste des correspondants