Articles

Imprimer

23 octobre 1898

 

Carmel de Metz.

Nous venons vous dire notre reconnaissance de n’avoir pas gardé pour vous seule un si précieux trésor ! Quelle aimable petite sainte ! et quel parfum de candeur et de sainteté sort de ses traits angéliques et du charme de ses lignes ! Mille fois merci, ma chère et bonne Mère, du bien que ce livre nous a fait déjà. Que sera-ce de celui que nous en retirerons après l’avoir savouré dans son entier ? Veuillez demander à votre chère petite sainte de nous obtenir quelques flammes de cet amour pur qui la dévorait et lui recommander en particulier notre cher petit noviciat.