Articles

Imprimer

30 octobre 1898

 

Carmel de Narbonne

J’ai déjà parcouru bien des pages du cher livre relatant la vie de votre délicieuse enfant, Thérèse de l’Enfant-Jésus. C’est une âme céleste, qui a dû embaumer le petit parterre de votre fervent Carmel. Je vous en félicite, ma Révérende Mère. Puisse l’exemple de cette charmante fleurette et petite amie de Jésus animer nos âmes et les faire marcher à sa suite.