Articles

Imprimer

1er novembre 1898

Sr J. de Sales de la Visitation du Mans

De jour en jour nous attendions pour vous écrire d'avoir lu la charmante et si sainte vie de votre petite sœur Thérèse de l’Enfant Jésus. Sainte, oh ! oui, et sans restriction. J’en suis dans l’admiration ! Quelle petite âme privilégiée ! Je devrais d’abord dire : quelle âme fidèle ! …Ne sera-t-elle pas un jour ( qui sait ?...) la patronne des petites Novices ; car notre Mère espère, ou plutôt ne désespère pas de la voir un jour canonisée ; bien volontiers je partage ses espérances. Que vous êtes heureuse d’avoir été le premier ange conducteur de cette petite âme qui, à bon droit, vous aimait comme une Mère. Mais on sent que votre Révérende Mère a retenu beaucoup de choses en ces trop courtes pages. On soupçonne mille traits charmants passés sous silence. …Est-elle ravissante à 15 ans penchée sur l’épaule de son Père ! Lui, ce bon et vénéré Père était bien digne d’une telle fille ! Quel homme admirable ! et comme il doit être fier au Ciel en voyant sa « Reine » si comblée de gloire !