Articles

Imprimer

18 novembre 1898

Tostain, Madame
Je n’ai pas encore terminé le livre de Sr Thérèse : mais je ne puis tarder davantage à vous dire combien je suis profondément remuée à cette lecture. Je ne sais comment j’ose vous écrire, tant je me sens pénétrée de respect et d’admiration pour la vie si sainte et si près de Dieu que l’on mène au Carmel. Vous rappelez-vous, ma Mère, que peu de jours après la mort de Sr Thérèse, je vous écrivais que j’arrivais à douter de l’existence d’une seconde vie. Je me demandais ce qu’était devenue Sr Thérèse. Quand j’ai perdu mon Père, ces réflexions m’ont encore assaillie. Depuis, j’ai douté bien plus encore, de tout. Hé bien ! la vie de Sr Thérèse m’a fait grand bien. Elle aussi a souffert , comme moi. ..mais elle n’a pas raisonné, elle s’est soumise à l’épreuve que Dieu lui envoyait par cette tentation ; et moi, je puis donc faire comme elle ; au lieu de réfléchir et de me perdre en suppositions de toute nature je puis aussi penser, n’est-ce pas, que si la foi que Dieu a mise en nous paraît s’obscurcir quelquefois, c’est une épreuve que je dois subir en continuant à agir comme si j’avais devant les yeux l’éblouissante lumière. C’est un rayon de cette lumière qui m’est venue par votre petite sœur. car je me sentais toute de feu en la lisant, et pour moi-même et pour mon cher pécheur. Thérèse dit à Jésus « Attirez-moi, et les âmes me suivront » Oh ! comme moi aussi maintenant, je veux m’appliquer à aimer Jésus. Il aura pitié de ma misère, n’est-ce pas ? Et si je lui répète tant que je veux l’aimer pour deux, pour moi et pour cet autre qui n’est qu’un avec moi, et qui pourtant ne l’aime pas, croyez-vous que Dieu ne finisse pas aussi par attirer cet autre à Lui ? Je prendrai l’habitude maintenant de consulter Sœur Thérèse, de m’entretenir toute seule avec elle, lui demandant de m’inspirer ce que je dois faire. Avec elle j’essaierai de marcher dans le monde en m’appliquant à aimer Jésus toujours plus. Je le fais pour vous prouver que je crois que Sœur Thérèse est au ciel et qu’elle veut me sauver, et avec moi mon cher X…