Articles

Imprimer

18 novembre 1898

 

Carmel de Pau

Vous ne sauriez croire, bien chère Mère, combien je comprends cette âme angélique, et avec quelles délices je lis ces pages ! Que j’aurais été heureuse de la connaître !