Articles

Imprimer

21 novembre 1898

Durosey, abbé, curé de St Cyr du Ronceray (diocèse de Bayeux)
Ma Révérende Mère, Il faut que je vous dise tout le bien que vous m’avez fait avec votre « Histoire d’une âme » Je l’ai depuis hier, je n’ai eu le temps de la lire que ce soir, mais je me suis dédommagé en dévorant les 140 premières pages. Au risque de paraître enthousiaste comme les chers pèlerins de Rome, de la page 94, [i.e. 97] je dois avouer que je n’ai jamais rien lu qui m’ait ravi à ce point et aussi qui m’ait fait autant de bien. Je n’en excepte pas même la vie de Ste Thérèse par la Carmélite, que je relis et étudie en ce moment et que pourtant je fais passer avant tout le reste. Sans doute il y a quelque chose de plus grand dans Ste Thérèse et son historienne est un merveilleux écrivain mais il y a dans votre petite fleur une senteur particulièrement suave. Ce mélange de naïveté et de profondeur, cette poésie et ce surnaturel surnaturellement tressés ensemble ont un charme inouï.  On sort de cette lecture l’âme littéralement embaumée, et aussi fortifiée, car ce n’est pas une enfant frivole que cette angélique enfant. Quelles belles comparaisons et justes : la pierre enlevée, le jouet de l’Enfant Jésus etc.. Quelles pages magistrales sur l’éducation ! quelles vues profondes p. 83 quels jugements sains, droits, sans appel, sur les personnes et sur les choses. Je vais lire la fin comme j’écouterais la parole harmonieuse et sanctifiante de l’Enfant Jésus lui-même. Mais dès ce soir, ma Rde Mère, je n’ai pu résister au désir de vous remercier de m’avoir procuré cette grâce de choix : je voulais vous dire aussi quelle bonne action vous avez faite en publiant ces charmantes pages. Le bon Dieu a dû créer cette petite fleur pour que son parfum révélé par vous fasse du bien aux âmes et les convertisse. Oh ! que ce livre fera de bien à des âmes de prêtres, à des âmes de chefs de famille, à des âmes d’enfants. Je vous en supplie, répandez-le le plus possible ; pour ma part je ne cesserai de le vanter pour le faire connaître et lire. Priez pour votre dévoué serviteur en N.S.