Articles

Imprimer

2 décembre 1898

Carmel d’Aurillac

Nous lisons avec le plus grand intérêt la vie si simple et si suave de votre petite sœur Thérèse de l’Enfant Jésus. Quelle délicieuse petite fleur s’est épanouie dans votre béni Carmel, ma bonne Mère ! Laissez-moi vous dire que votre petit ange est en ce moment en Belgique dans une nombreuse et pieuse famille où je l’ai envoyée faire un tour, espérant quelque recrue pour notre Saint Ordre. Veuillez prier avec moi votre gracieuse petite sainte d’exaucer mes désirs. Un second volume partira à Noël pour l’Angleterre, où j’espère il travaillera puissamment à la conversion de la Mère bien aimée de notre jeune Professe. Cette enfant est ravie du livre, c’est elle qui me demande de l’envoyer à sa Mère. Puisse-t-il ramener cette âme dans le sein de la religion catholique ! Un troisième volume a pris hier le chemin de la Visitation, à l’autre bout d’Aurillac. Un quatrième passera de mains en mains chez nos parents et amis. Vous voyez, ma bonne Mère, la belle mission que votre ange va continuer un peu partout.