Articles

Imprimer

4 Décembre 1898

 

Marquet, M. l’abbé, Supérieur du Grand Séminaire Bayeux

Ma Révérende Mère, Merci de l’exemplaire de l’histoire d’une âme que vous avez eu la bonté de m’offrir. Depuis quelques jours je le lis avec un vrai bonheur. Je connaissais déjà par plusieurs de vos Mères que j’ai connues à Coutances, le Carmel de Lisieux, je savais que notre doux Sauveur y était très aimé et je m’en réjouissais, mais j’étais loin de penser qu’il renfermât une âme aussi belle. C’était une exilée du Ciel et son départ pour la Patrie doit vous remplir de confiance pour l’avenir de votre maison.