Articles

Imprimer

9 mars 1899

 

R.P. Marie, Karikal (Indes)

… Avec M. l’abbé***, j’eus quelque fois l’occasion de m’entretenir du Carmel de Lisieux. Mais aujourd’hui ce sont mieux que des paroles qui m’en arrivent, c’est un bouquet de fleurs angéliques, cueilli évidemment dans les jardins du paradis – car la terre n’a pas de ces arômes… Malheureusement, j’en ai respiré le parfum entre les mains d’un autre car le bouquet n’était pas à moi . Le Carmel de Caen m’a fait l’année dernière l’aumône de la vie de Ste Thérèse , ce qui m’enhardit un peu, ma Révérende Mère, pour mettre le vôtre à contribution. O ma Mère ! j’aime tant votre petite sœur Thérèse de l’Enfant jésus ! C’est l’histoire de son âme que j’ai vue entre les mains de l’aumônier de Karikal, et que je vous demande. Vous ne pouvez pas me refuser – vous feriez certainement trop de peine à votre douce sainte car elle comprend bien, là haut combien on est avide de se déaltérer aux sources des miséricordes divines dont sa vie est pleine, vivant comme nous sommes au milieu des aridités de ce désert qui est le monde païen.