Articles

Imprimer

9 mars 1899

 

Carmel de St Chamond

Ma Révérende Mère, Permettez-nous de vous demander pardon si nous avons tardé à vous remercier du précieux volume que tous nos Carmels ont reçu par la généreuse initiative d’un bienfaiteur de votre chère Communauté. Nous avons voulu d’abord nous édifier de cette angélique vie, des récits d’une âme vraiment privilégiée des dons de la grâce et de l’intelligence. Nous en remercions Jésus de tout cœur, pour sa gloire, pour les âmes et pour l’ordre entier du Carmel.

Qu’il a dû vous être doux, ma révérende Mère, de mettre en plein jour ce trésor caché que vous connaissiez mieux que personne et qui a acquis sous votre maternelle direction son degré de perfection ici-bas. Quelle richesse d’inspiration, quel parfum d’amour pour Jésus et le salut des âmes dans les pages de notre chère petite sainte. Nous admirons ! Mais ce que nous pouvons imiter, ce sont les vertus religieuses qui en ont fait une digne fille de notre Sainte Mère Thérèse, c’est surtout l’obéissance qui l’a sanctifiée. Oh ! là nous pouvons la suivre en toute assurance.

Merci, ma Révérende Mère, d’avoir bien voulu nous faire part de cette vie, d’une fille, d’une sœur si chère qui voudra être fidèle à sa promesse de faire du bien à tous du haut du ciel.