Articles

Imprimer

janvier 1899

SrAnne de St Barthélémy, du voile blanc

En récréation Notre Mère nous citait quelques traits de sa Vie qui nous faisaient grand plaisir. Je pensais qu’elle était certainement au Ciel et bien puissante et je résolus de lui faire une neuvaine pour obtenir une grâce que je demande depuis plus d’un an. J’ai fait des neuvaines à bien des Saints et à St Joseph que j’aime tant. Tous sont restés sourds et la Ste Vierge aussi... Enfin un soir que j’étais au Chœur pendant Complies, je me disais : Quelle prière faut-il faire pour ma neuvaine à Sr Thérèse de l’Enfant Jésus ? Des chemins de croix , elle n’en a pas besoin car elle est au Ciel ; qu’est-ce que je pourrais bien dire ? Et au même instant j’entendis très distinctement ces paroles, aussi clairement que si je les avais entendues des oreilles du corps : « Un Magnificat pour remercier la Ste Vierge des grâces qu’elle m’a faites.» J’en fus saisie car c’était répondre si vite à ma pensée que je ne doutais pas que c’était bien elle qui m’avait parlé ; et en même temps son sourire si grave pour ainsi dire sur mon âme, je la vois toujours me sourire, je la sens tout près de moi, je ne puis rendre cela.  Une autre fois ma Sr Thérèse de l’Enfant Jésus me parla car c’était bien elle. elle me dit avec un sourire plus doux, un sourire tout céleste : « Je veille sur toi ». Un autre jour je descendais à la cave pendant le réfectoire ; ce jour-là on lisait sa vie, j’en étais réellement toute ravie... Je compris l’amour et j’ai vu qu’il y avait bien des degrés dans l’amour ; petite Thérèse possédait le plus haut…