Print

Laundry

 
 

Doing the community laundry

 webTH-24

Much work

The laundry was for the most part done by the lay sisters, who looked after the domestic duties of the monastery: cooking, cleaning, laundry. But the big laundry was so much work that the entire community was requisitioned outside the daily rhythm. Be aware that represented washes and washing of the time! So Thérèse wrote to Mr. Martin, "Your Diamond can not write to you because she is doing the washing, but that does not prevent her from thinking about you, my darling Father."  LT 58 July 31,1888. As the day is entirely taken up by the laundry on these days, regular activities are cumbersome: refectory, kitchen and tableware. Each must make a little more effort. Sister Marie Emmanuel, for example, was known for extra work she was doing on laundry days, where each could see her sweep and prepare the refectory alone, wash dishes, help in the kitchen, all with an enthusiasm that could allay fatigue she brought upon herself. This fatigue of laundry days is mentioned in Last Conversations, where a Thérèse then exempted from communal work: says, “About one o'clock I said to myself, they are very tired in the laundry! And I prayed to the good God that he may raise you all, for the work to be done in peace, in charity. When I saw myself so sick, I experienced the joy of having to suffer like you. July 27 1897 / 4 

 

How to do the laundry

sabot TH 40cm

We wash and that’s all? ... Alas, no: doing laundry at the time was to soak, wash, rinse, drip-dry, stretching and putting weight on the wet laundry.

Work clothes for all: tucked up dresses covered with a wash apron and shoes to protect the alpargate sandals from getting wet.

We begin by soaking laundry in the stone tubs, in cold water with soap and ash. The ash contains potash, which allows them to be used as a kind of soap.

 ANNUAL BUDGET FOR SOAP

washing soda 5 francs

soap 120 fr.

ash 15 fr.

Epsom salt 0fr.50

bleach 0fr. 20

starch 2fr. 40

After a good while soaking, we move to the next step: washing or pouring, always in the laundry. The cloth was rubbed a bit before putting it in the washing machine, a large iron double bottom tank arranged on a burning fire. We pour boiling water through the linen, seeping into the cloth, which removes stains that have withstood the soaking. The double bottom in the washing machine prevents burning.

After washing, the next step is rinsing. They carry the wet clothes to the laundry basin adjacent to the laundry room to rinse with cold water, brought from the Orbiquet by underground pipes through the Fleuriot property. This was immortalized by Céline, as can be seen from both pictures. Tools for washing are the small wooden box protecting the knees from water and the beater.

webTH-25

They started by rubbing the spots that remain and which come out well. Then they beat the linen with beaters to get out the soap out. They wring it out very little, according to the laundry rules, to cause less wear.

Then hung the laundry on trestles around the washhouse to drip-dry. These trestles needed to be well protected with big thick cloths because of the rust. Barrel hoops, the smallest nails in the laundry could really spoil the washing. Rust stains were eliminated with Epsom salt.

It was only the next day that the drip-dried linen was taken to the linen attic for hanging on the iron wires that spanned an entire loft for drying.

fers a repasserBut before the hanging it up, they must stretch it to dry: they stretched the damp cloth because at the time they only ironed parts used in the liturgy, the surplice for example, with irons heated on the gas oven used by the sacristans, as shown in the photo on the right. This phase of stretching led Therese to write one day to Sister Marie of St. Joseph: "Tomorrow we will roll up our sleeves together! "(LT 199 20-30 October 1896) as stretching the wet laundry was hard work.

Once the linen was half dry, some specific pieces were to press between wooden planks. In principle, they pressed the hats and white veils to dry, and a few other pieces. There were nearly two hundred toques to press between boards. A big job, of which Sr. Aimée of Jesus was a specialist. For the final stage of folding - in recreation – Sr. Aimée brought to the community toques and veils so well pressed that folding was three-quarters done.

 

Talk and sing

The laundry day is a special day because we talk and sing! It was indeed a so hard a time for all to live that relaxation was necessary, which was very human. The custom of singing during long sessions in common laundry was long observed in the monastery. But Thérèse still did not consider this time like a vacation day, as Marie of the Trinity testified in the Ordinary Process. "One laundry day, I went to the laundry room without hurrying, looking in passing at the garden flowers. Sister Thérèse of the Child Jesus was going there too, walking quickly. She soon met me and said: "Is this the way to hurry when you have children to feed and we are obliged to work to support them" and dragging me along,"Come, come with me and we must hurry, because if we have fun, our children will starve."[1074]

 

Laundry and weather

There were two large loads during the year, in spring and autumn (Easter week and the week following October 15th) and many small ones. As indicated in the booklet Règlement de la lingerie, "the sister in charge of laundry must, in a spirit of poverty, only ask to do the laundry when the amount of linen to be washed is sufficient to meet the amount of fuel that required for the laundry ... In winter, because of the severity of the weather, care was taken that the first washing was completed before the cold weather and not to do the second until the hard frosts stopped. If we lack a little linen in between, we try to supplement it with some boiling done with lye in the same boiler. "Ditto for Lent: we just wash before and after" to avoid this fatigue to the sisters during fasting. "The tunics are however washed every two weeks.

All is well in the laundry when it is neither too hot nor too cold! Mother Geneviève, the founder, who obtained many small miracles through her filial prayer, always won us good weather for our washing, so that in the early years of the Lisieux Carmel, the people of the world came to ask well in advance what day we would do the laundry in Carmel! During winter, they said that on a big laundry morning, the cold was very intense; this good Mother went in anguish before the tabernacle and in her absence, the frost ceased. The weather was so mild that we might have thought it was spring.

This constraint with the weather brought us an interesting exchange between Thérèse and Marie of the Trinity: "During the laundry, the latter testified to the Ordinary Proces [1076v-1077r], one day I asked her what was best; to go rinse with cold water or stay in the laundry room to wash with hot water. She replied: "Oh! It is not difficult to know! When it costs you to go in cold water, it is a sign that this also costs the other; then, go ahead. If on the contrary it's hot, stay preferably in the laundry room. By taking the worst places we practice both mortification for our self and charity for others, since we give up the best for them."


Laundry outside the monastery

Families feel comfortable doing laundry outside along the river, as evidenced by Marie Guerin writing to Léonie (March 14th, 1889): she regularly visits the Buissonnets in the absence of Céline and Leonie, taking on the role of lady of the house, meeting with laundresses coming to bring back the laundry.

lavandieres

We have several paintings or sketches of washerwomen at work along a river by contemporary painters of Thérèse - but we also have young Louis Martin at work in this drawing of September 5th, 1854.

lavandieres-LMartin

It was then the same for families as in the monastery; neither washing machine nor running water! Progress only came to Carmel when it came to the outside. Thus, it was not until 1938 that an electric pump was installed in the laundry room. What a relief! This halved the fatigue of washing. One had to have known the former regime to realize it really.

 

Back to the home page for Work

Eugène Boudin

http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/catalogue-des-oeuvres/resultat-collection.html?no_cache=1

Faire la lessive en cté

 

Un gros travail

 

La lessive était dans l’ensemble assurée par les sœurs converses, qui veillaient en priorité aux tâches domestiques du monastère: cuisine, ménage, lessive.

 

Mais la grande lessive est un tel travail que toute la communauté est réquisitionnée en dehors du rythme quotidien.  Il faut savoir ce que représentaient les lavages et les lessives de l’époque !  Ainsi, Thérèse écrit à M. Martin : « Ton Diamant ne peut t'écrire, car il est en grande lessive, mais cela ne l'empêche pas de penser à toi mon petit Père chéri. »  { LT 58 du 31 juillet 1888, à M. Martin } LT058-TB LT 58  A  31 juillet 1888.

Comme la journée est entièrement prise par la lessive ces jours-là, les activités régulières sont lourdes : réfectoire, cuisine et vaisselle.  Chacune doit faire un peu plus d’efforts. Sr Marie Emmanuel, par exemple, était connue pour les extras qu’elle accomplissait les jours de lessive, où chacune pouvait la voir balayer et préparer seule le réfectoire, laver les écuelles, aider à la cuisine, tout cela avec un entrain qui aurait pu donner le change sur la fatigue qu'elle s'imposait.

Cette fatigue des jours de lessive est mentionnée dans le Carnet jaune, où une Thérèse alors dispensée des travaux communs raconte: Vers une heure je me suis dit : elles sont bien fatiguées à la lessive ! Et j’ai prié le bon Dieu pour qu’il vous soulage toutes, pour que l’ouvrage se fasse dans la paix, dans la charité. Quand je me suis vue si malade, j’ai éprouvé de la joie d’avoir à souffrir comme vous. 27 juillet 1897 / { CJ 27.7.4 } CJ07-B0 4

 

Technique de la lessive 

 

On lave et ça va ?... Eh non : faire la lessive à l’époque c’est tremper, laver, rincer, faire égoutter, détirer, étendre et fauder (mettre sous poids le linge humide).

Tenue de travail pour toutes : robes troussées recouverte d’un tablier de lavage, et sabots pour protéger les alpargates de l’eau.

 

On commence par le trempage, dans les bacs de pierre de la buanderie, à l’eau froide avec du savon.

budget savon  Cristaux de soude 5 francs par an.

Savon environ 120 fr par an.    

Cendre environ 15 francs par an (les cendres contiennent de la potasse

c'est qui permet de les  utiliser comme une sorte de savon).

Sel d'oseille, 0f.50 par an   (éliminant les taches de rouille).

eau de Javelle 0f. 20 par an

amidon 2f. 40

 

Après un bon moment de trempage, on passe à l’étape suivante : le lavage ou coulage, toujours dans la buanderie. On frotte le linge un peu avant de le mettre dans la lessiveuse, une grande cuve de fer à double-fonds disposée sur un feu allumé. On fait passer à travers le linge de l’eau bouillante qui s’infiltrant dans le tissu, dissout les taches qui ont résisté au trempage.

Le double-fond dans la lessiveuse qui empêche le linge de brûler.

 

Après ce lavage, l’étape suivante est le rinçage.On transporte le linge mouillé dans le lavoir qui jouxte la buanderie pour le rincer à l'eau froide, acheminée de l’Orbiquet par des canalisations souterraines passant par la propriété des Fleuriot. Cette opération a été immortalisée par Céline, comme on peut le voir sur les photos.

Les outils pour le lavoir sont la petite case de bois protègeant les genoux de l’eau et le battoir.

On commence par frotter les taches qui restent et qui partent alors très bien. Puis on bat le linge avec les battoirs pour en faire sortir le savon. On tord très peu le ligne, souligne le règlement de la lingerie, pour moins l’user.

 

On suspend ensuite le linge sur des tréteaux autour du lavoir pour le faire égoutter. Cette phase tréteaux exigeait que ces derniers soient bien emballés de grands chiffons épais à cause de la rouille. Les cercles de la cuve, les moindres clous de la buanderie pouvaient ainsi gâcher la lessive.

Ce n’est que le lendemain qu’on  monte ce linge égoutté au grenier de la lingerie pour le suspendre sur les fils de fer qui traversent tout le grenier en vue du séchage.

Mais avant la suspension, il faut détirer : on étirait le linge encore humide car on ne repassait à l’époque que les pièces de la liturgie, les surplis par exemples, avec des fers sur fourneau à gaz à l’usage des sacristines - photo .

Cette phase de détirage conduit Thérèse à écrire un jour à sœur Marie de Saint-Joseph  

« Demain on se démanchera les bras ensemble ! » (LT 199 des 20-30 oct. 1896) car détirer était un dur travail.

Une fois le linge à demi sec, quelques morceaux spécifiques étaient mis sous presse entre des planches de bois : c’est le faudage. On ne faude en principe que les toques et les voiles blancs, et quelques rares autres pièces.  On comptait près de deux cents toques à fauder : gros travail, où Sr Aimée de Jésus était une spécialiste. Pour l’étape finale du pliage – en récréation – Sr Aimée apportait à la communauté des toques et voiles tellement bien détirés que le pliage était aux trois quarts fait.

 

parler et chanter

 

La journée de lessive est un jour spécial car on parle et on chante !  C’est en effet un temps si dur à vivre pour toutes que la détente était nécessaire, ce qui était très humain. On a longtemps gardé au monastère la coutume de chanter au cours des longues séances de lessive en commun. Mais Thérèse ne considérait tout de même pas ce temps comme une journée de vacances, comme en témoigne Marie de la Trinité au PO :  « Un jour de lessive, je me rendais à la buanderie sans me presser, regardant en passant les fleurs du jardin.  Soeur Thérèse de l’Enfant Jésus y allait aussi, marchant rapidement.  Elle me croisa bientôt et me dit: « Est-ce ainsi qu'on se dépêche quand on a des enfants à nourrir et qu'on est obligé de travailler pour les faire vivre?» Et m'entraînant: « Allons, venez avec moi et dépêchons-nous, car si nous nous amusons, nos enfants mourront de faim. » (1074)

 

lessive et météo

 

Il y avait deux grandes lessives dans l’année, au printemps et d'automne (la semaine de Pâques et la semaine suivant le 15 octobre) et de nombreuses petites. Comme l’indique le livret de Règlement de la lingerie, « la lingère doit, par esprit de pauvreté, ne demander à ce qu’on fasse la lessive que lorsque la quantité de linge à laver est suffisante pour répondre à la quantité de combustible que nécessite le coulage d’une lessive… En hiver, à cause de la rigueur du temps, on fait en sorte que la première lessive soit terminée avant les grands froids, et de ne faire la seconde que lorsque les fortes gelées ont cessé. Si l’on manque d’un peu de linge entre deux, on tâche d’y suppléer par quelque bouillage fait avec de la lessive dans la chaudière même. » Idem pour le carême : on lave juste avant et juste après « afin d’éviter aux soeurs cette grande fatigue pendant le jeûne. » Les tuniques sont cependant lavées tous les quinze jours.

Tout va bien à la lessive quand il ne fait ni trop chaud ni trop froid ! Mère Geneviève, la fondatrice, qui obtenait de nombreux petits miracles grâce à sa prière filiale, nous gagnait toujours du beau temps pour nos lessives, si bien que dans les premières années du Carmel de Lisieux, les personnes du monde venaient demander longtemps à l'avance quel jour on ferait la lessive au Carmel ! Pendant l'hiver, on raconte qu’un matin de grosse lessive, le froid étant très intense, cette bonne Mère se rendit dans l'angoisse au pied du Tabernacle et pendant son absence, la gelée cessa. Le temps devint si doux qu'on aurait pu se croire au printemps.

Cette contrainte de la météo nous a valu un échange intéressant entre Thérèse et Marie de la Trinité : « A la lessive, témoigne cette dernière au PO, un jour, je lui demandai ce qui était le mieux : d'aller rincer à l'eau froide ou de rester dans la buanderie pour laver à l'eau chaude.  Elle me répondit: « Oh! ce n'est pas difficile à savoir!  Quand cela vous coûte d'aller à l'eau froide, c'est signe que cela coûte aussi aux autres; alors, allez-y; si au contraire il fait chaud, restez de préférence à la buanderie.  En prenant les plus mauvaises places, on pratique à la fois la mortification pour soi et la charité pour les autres, puisqu'on leur abandonne les meilleures.» [1076v-1077r]

 

la lessive dans le monde

 

Les familles à l’aise faisaient laver le linge à l’extérieur, le long de la rivière, comme ne témoigne Marie Guérin écrivant à Léonie (le 14 mars 1889) : elle visite régulièrement les Buissonnets en l'absence de Céline et Léonie, tenant le rôle de maîtresse de maison, ce qui inclut d’accueillir des blanchisseuses venant rapporter la lessive.

On a plusieurs tableaux ou esquisses de  Boudin de lavandières à l’œuvre le long d’une rivière, mais on a aussi Louis Martin dans ce dessin de son cahier.

C’était alors dans les familles comme au monastère : pas de machine à laver ni d’eau courante ! Le progrès n’arriva au Carmel que lorsqu’il arriva à l’extérieur. Ainsi, ce n’est qu’en 1938 qu’on installa une pompe électrique pour la buanderie. Quel soulagement! Cela diminua de moitié les fatigues des lavages. Il fait avoir connu l’ancien régime pour s’en rendre compte vraiment.  

 

 

 

 

Normal 0 21 false false false FR X-NONE X-NONE /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tableau Normal"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Times New Roman","serif"; mso-fareast-language:EN-US;}