Imprimer

Sr Marie de l'Eucharistie à Mme Pottier - 15 août 1899

    Marie Guérin à Céline Pottier

                                                  J.M.J.T.                                             [15 août 99]

     + Jésus

                               Ma chère petite Céline,

   Ta petite lettre ou plutôt ta longue lettre m’a causé une vive joie. Merci, ma chère petite soeur de tes bons souhaits de fête, je connais ton bon coeur et je sais que tes voeux loin d’être banals, sont sincères et reposent sur notre affection dont Jésus est le lien.

   Je t’avouerai que de plus en plus je suis fière de toi, j’aime à voir les immenses progrès qui s’opèrent dans ton âme. Quand je me reporte il y a quelques années, alors que tu étais encore jeune fille et cependant jeune fille pieuse et sérieuse, je trouve bien de la différence ; il n’y a plus en toi ces petites idées mondaines qui n’étaient cependant pas blâmables, mais maintenant je vois en toi le sérieux, tu prends ton rôle de mère chrétiennement et j’en bénis le bon Dieu. Continue ainsi, tu es en bon chemin.

   Tu peux donner le nom d’épreuves à tous ces petits contre temps qui te surviennent, ce sont de véritables épreuves et je vois que tu les supportes bien. Ne sais-tu pas que quelquefois les petites choses sont plus pénibles que les grandes.. Tu verras des âmes supporter parfaitement de grandes épreuves et se buter sur des riens. Une piqûre d’épingle est souvent plus douloureuse qu’un coup de lance. Tu ne connais pas encore la fidélité dans les petites choses et cependant le bon Dieu en fait un grand cas. Tu connais dans l’Evangile la parabole des cinq talents. Un maître qui confie à son serviteur cinq talents, à un autre deux etc. Que leur dit-il ? « Courage bon et fidèle serviteur parce que vous avez été fidèle en des choses peu considérables entrez dans la joie de votre Seigneur ». Voilà la récompense, vous aurez la paix de la conscience sur la terre, et plus tard votre joie sera éternelle.

   La fidélité aux petites choses ! sais-tu ma Céline chérie, que c’est cette fidélité qui fait la gloire des religieuses. Le monde dit bien : que font-elles dans les cloîtres ? Pas d’épreuves, des bêtises, des riens… Oui et ce sont ces riens qui font notre mérite. Une petite épreuve, un contre temps, une contrariété, un acte de patience, de renoncement, de fidélité au son de la cloche, de fidélité au silence etc… voilà ce que l’on appelle le martyre de la vie religieuse, martyre qui fait remporter une si belle palme. Toujours se renoncer, c’est là la vie d’une carmélite. Où est la différence ? La différence consiste en ce que, une âme dans le monde se renonce involontairement, suivant les circonstances ou encore pour suivre les usages, la politesse du monde, tandis qu’une carmélite se renonce volontairement, fait sa vie du renoncement, et le recherche en tout. Tu vas rire peut-être mais il en coûte, va, quelquefois, de quitter au premier son de cloche alors que l’on fait un travail difficile, ou que l’on écrit une lettre, et que l’on n’a plus qu’une ligne pour terminer, la laisser inachevée. Ces mille petits riens sont bien agréables au bon Dieu et leur continuité paraît souvent pénible à la nature, mais pas à l’âme généreuse et aimante.

   J’espère que je te mets au courant de la vie religieuse, mais puisque tu aimes tant ta petite Marie tu dois désirer l’imiter et je t’en donne les moyens. Une mère de famille ne renonce-t-elle pas souvent à sa volonté, à ses désirs, à ses plaisirs, eh ! bien une religieuse ne fait jamais sa volonté depuis le jour de son entrée jusqu’au jour de sa mort.

   Voilà ce qui achète des âmes, voilà la seule monnaie, des petits riens, qui dans le ciel produiront un poids éternel de gloire.. Médite cela, tes petites épreuves par amour pour le bon Dieu et tu seras parfaite. Une petite épreuve supportée par amour, est plus grandes aux yeux du bon Dieu que la plus pénible supportée sans amour. L’une aura sa récompense, l’autre en aura moins probablement et même certainement,

                               Ta petite soeur qui te chérit

                                       Marie de l’Eucharistie

                                                                 r.c.i.