Imprimer

Sr Françoise Thérèse à Mère Agnès de Jésus - 28 octobre 1909

 

Sr Francoise Thérèse Martin à sa sœur Mère Agnès de Jésus

28 Octobre 1909

 

Ma petite Mère et sœur très aimée,

 

Je passe la nuit auprès d'une de nos sœurs mourante. En voilà une qui ne va pas s'en aller les mains vides, c'est une âme de prière s'il en fût; on peut je crois, sans exagérer compter par millions les Ave Maria qu'elle a récités pendant sa vie.

Je désire ardemment des nouvelles de votre bonne Mère (Mère M.Ange) je ne cesse de lui demander ce miracle avec instance, je dis même des Laudate, comme si la grâce était obtenue, cela m'a si bien réussi pour notre petite miraculée.

Tu sais, ma petite sœur chérie, que depuis longtemps nous avons une maison en Angleterre, notre lieu de refuge en cas d'expulsion. Jusqu'ici nous avions trouvé le moyen de la faire garder, soit par les Augustines d'Orbec qui sont depuis plusieurs années dans l'exil, ou autres.- Enfin, l'heure tant redoutée de la séparation a sonné pour nous, six de nos sœurs viennent de nous quitter, la plupart peut être pour toujours. Notre chère Sœur la Déposée fait partie de ce nombre, mais seulement pour quelques mois, afin de tout organiser, la clôture y est établie. Cette maison est un ancien collège.

Que ces départs sont déchirants! il faut vraiment y passer pour s'en faire une idée, mais le bon Dieu donne une force surhumaine; sans ce secours, ce serait impossible. Enfin, notre consolation est de penser que Jésus va avoir un tabernacle de plus; ce petit foyer d'amour qui se forme est capable d'allumer un immense incendie et de ramener à la foi cette Angleterre autrefois l'Ile des Saints

Notre Mère bien aimée est admirable de courage et de force nous nous laissons doucement entraîner à sa suite. M'enverra-t- elle un jour en Angleterre, moi aussi? Je ne sais, je ne sais, je m'abandonne. Notre bonne Mère sait bien que je n'ai point d'au­ tre volonté que la sienne, j'aime de plus en plus l'obéissance, elle fait toute ma joie. En attendant, dans quelques jours, je vais faire une grande retraite annuelle, je me recommande à vos prières, mes petites sœurs, car je veux devenir une sainte. Cette pensée me revient souvent et me ranime "ne dégénérons pas" nous foulons la terre des saints".