Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - 12 avril 1909

 

Sœur Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse 12 avril 1909

 

J.M.J.T.

Jésus                                                                                Lundi de Pâques [12 avril 1909]


Ma petite sœur chérie,

Alléluia ! de la tombe de Thérèse (avec sans doute une fleur]

Nous voilà donc arrivés à Pâques, mais non, sans tribulations je t'assure. Les quinze derniers jours de Carême ont été bien mouvementés et nous ne sommes pas encore tout à fait au bout de nos peines. Je vais te raconter en quelques mots cette histoire qui dure depuis quinze jours. - Francis ayant eu besoin de parler à Notre Mère et à Mère Agnès de Jésus les a demandées au parloir et comme il se levait pour partir Mère Agnès de Jésus lui dit : - "Vous devriez bien mon bon Francis aller à Rome pour la béatification de Jeanne d'Arc et emmener Jeanne avec vous". Là-dessus ce pauvre Francis est transporté de joie et il lui répond : Eh bien, ma petite sœur, tâchez de mettre cela dans la tête de papa et de ma femme et tout ira bien, écrivez leur un mot pour plaider ma cause, je serais si heureux de ce voyage. Rentré chez lui, il en parle le premier mais tu connais Jeanne qui ne veut jamais aller nulle part à cause de ceci ou cela et la voilà qui jette les hauts cris en voyant que vraiment Francis voulait aller à Rome. Elle nous écrit ainsi que mon oncle que nous avions fait la plus grave imprudence en lui parlant du pèlerinage, qu'il était malade, qu'il ne reviendrait pas de Rome certainement, enfin ils se montent la tête au dernier point. Mère Agnès de Jésus répond une douce et gentille petite lettre où elle dit qu'elle était bien désolée que cette parole en l'air ait été pour eux un sujet de peine, qu'il n'en soit plus question, que pour elle bien entendu, elle n'avait aucun intérêt à ce voyage que c'était uniquement pour lui faire plaisir qu'elle en avait parlé. Mais là ne se termine pas cette grosse affaire. Francis continue toujours son idée et Jeanne la sienne. Enfin mon oncle écrit que c'était nous qui avions mis le plus gros point noir dans leur vie depuis qu'ils sont mariés etc. Tout allait au pire. Bref, voyant que Francis le désirait tant ils sont pris de compassion et s'adressent de tous les côtés pour avoir un billet. Impossible tout est pris. Mais voilà que le vendredi saint 9 Avril anniversaire de l'entrée de Thérèse il reçoit (d'elle probablement) le billet tant désiré. C'était Mgr qui le lui envoyait tout heureux de lui rendre ce service car il aime beaucoup Francis. Jeanne et mon oncle qui étaient bien contents de n'en avoir pas trouvé sont atterrés et en entendant Francis dire : c'est le bon Dieu qui veut que j'y aille ils répondent : Non bien sûr çà ne peut être que le diable qui vous envoie cela.

Francis revient au Carmel malgré le vendredi saint et il demande Notre Mre : Que faut-il donc que je fasse lui dit-il ? Figurez-vous que j'ai un billet, mais ils ne veulent pas me laisser partir et pourtant - que cela me ferait de bien même au point de vue spirituel de me reposer un peu. Pourtant Papa et ma femme veulent me donner du repos, ils ne font que le répéter et ils ne comprennent pas que ce serait le meilleur repos qu'ils puissent me donner.

Depuis ce jour on n'entend parler de rien ; quelques lignes de Jeanne seulement adressées à Notre Mère la suppliant que lorsqu’elle viendra nous voir il ne soit pas fait allusion à ce voyage qui la fait tant souffrir. Nous n'en pouvions plus contre el­le et la trouvions bien peu oublieuse d'elle-même dans son affection pour son mari. Mais voilà que notre Mère reçoit à 11h. un mot de Francis qui lui dit qu'il part à Rome par le train de midi Quelle n'a pas été notre surprise !

Maintenant nous nous demandons que dire à Jeanne quand elle viendra nous voir, heureusement que ce n'est pas tout de suite j'espère car je crois qu'elle en a gros contre nous sur le coeur. Tout en ayant bien voulu laisser son Francis s'éloigner d'elle je crois qu'elle va se lamenter plus d'une fois avec mon oncle pendant son absence et bien entendu rejeter sa peine sur nous. Prie le bon Dieu ma petite sœur chérie, pour que la paix se fasse et n'envie pas notre sort d'être près de notre famille, j'aimerais mieux je t'assure en être un peu plus loin comme toi tout en les aimant beaucoup.

Surtout avec eux ne parle jamais de tout cela. - Sr Geneviève m'a dit qu'elle te parlait de Mgr de Teil il est parti à Rome exprès pour Thérèse, il prend grand intérêt à sa cause. Tâchons nous aussi ma petite sœur bien aimée de devenir des saints et nous monterons sans avoir besoin pour cela de faire des miracles sur le plus bel autel que l'on puisse rêver, sur le Coeur de notre Jésus. Plus que cela nous y entrerons et nous y demeurerons ensemble toute l'éternité.

Ta petite sœur qui t'aime plus qu'elle ne peut le dire

Sr. M. du Sacré Coeur

r.c.ind.

Nous sommes en licence et ensuite nous allons travailler activement pour la fête de notre bonne Mère le 5 Mai.