Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - 28 Décembre 1909

 

Sœur Marie du Sacré Coeur à Françoise Thérèse 28 Décembre 1909

J.M.J.T.

Jésus                                                                                                           28 Décembre 1909     

Ma petite sœur chérie,

Nous venons grâce à toi de passer une délicieuse récréation. Nos trois novices ou plutôt nos deux postulantes et une novice ont joué le Noël que tu nous as envoyé l'année dernière. Jamais je n'ai vu notre chère petite Mère avoir tant de plaisir, les larmes lui coulaient tellement elle riait. Je pense que tu t'es bien amusée aussi dans ta chère Visitation. Ma petite sœur que nous sommes donc heureuses de toutes manières d'appartenir à Jésus ! Il n'attend pas le Ciel pour nous rendre tout au centuple. Pour moi je me trouve plus heureuse qu'une reine.

J'ai travaillé ces jours-ci à arranger les lettres que Thérèse t'écrivait pour les mettre dans la prochaine édition. Je pense que cela te fera plaisir, nous nous sommes bien contentes de voir notre petite Léonie paraître à son tour. Plusieurs personnes nous ont écrit ne voulant pas croire que tes lettres fussent perdues. Seulement nous ne pouvons les mettre entièrement parce qu'il ne faut pas répéter les mêmes pensées qui se trouvent dans les nôtres par exemple. Cela nous a été bien recommandé autrefois par le R. P. Godefroy lorsqu'il s'est occupé du manuscrit de Thérèse. Alors j'ai fait un choix des plus beaux passages et il y aura quatre petites lettres tout à fait gentilles et ne répétant pas les autres.

Notre petite Thérèse fait toujours de nouveaux miracles. Voilà un passage d'une lettre que nous recevions le jour de Noël du Couvent de l'Assomption (Canada)

"La chère petite sainte vient de faire un grand miracle chez nos Pères Trappistes de Rogerville - Le Père Paul meunier du Monastère avait un couteau attaché à sa ceinture ; et un jour en montant l'escalier du moulin 4 à 4... il s'est enfoncé le couteau dans le genou jusqu'au manche 6 centimètres ! Il ne pouvait l'en arracher... Le médecin appelé en toute hâte n'a pu dissimuler que c'était grave. Le travail était considérable au moulin et personne pour le remplacer. Alors le Père Prieur se mit à prier la petite grande sainte lui disant de laisser tomber une feuille de rose sur ce genou malade. Pendant tout le jour Frère Paul a souffert beaucoup prêt à s'évanouir et vomissant tout. Le lendemain la plaie était fermée et sèche... plus de plaie, plus de douleur même à forte pression, force dans la jambe qui ne boite même pas. Tel est le récit du Père Dom Marie Antoine, Prieur, et il ajoute : "Aidez-nous à remercier la petite grande sainte Thérèse de l’Enfant Jésus... et aussi et surtout, ajoute-t-il d'une autre faveur obtenue bien plus précieuse, mais d'un ordre intime".

En ce moment encore, ma chère petite sœur, nous nous occupons de faire imprimer toutes les grâces obtenues cette année par son intercession, c'est vraiment merveilleux. Aussitôt que ce sera prêt, tu comprends que tu seras servie la première, mais d'ici là il faut bien attendre deux mois.

Je finis par où j'aurais dû commencer en te souhaitant une bonne et sainte année. Que Jésus te comble de plus en plus de ses grâces, qu'Il fasse de nous des saintes car c'est Lui seul qui peut accomplir ce grand travail de notre sainteté. Que peuvent pour cela des pauvres riens comme nous. Ah ! comme notre petite Thérèse l'avait bien compris qu'elle ne pouvait rien sans Jésus. Aussi il a fait pour elle des merveilles parce qu’elle s'est complètement abandonnée à Lui. C'est ce qu'Il fera aussi pour nous, car s'il nous a aimés jusqu'à mourir pour nous que ne pouvons-nous pas attendre de sa miséricorde.

Adieu petite chérie ne m'oublie pas auprès de ta si bonne Mère et offre lui mes vœux pour l'année qui va commencer.

Ta petite sœur qui t'aime de tout son coeur

Marie du S.C.

r.c.ind.

Notre chère petite Mère se porte vraiment bien, ne te tourmente pas, il n'y a pas de danger que le bon Dieu nous la prenne il en a encore trop grand besoin sur la terre.