Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - 29 Septembre 1909

 

Sœur Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse 29 Septembre 1909


J.M.J.T.

Jésus                                                                                               29 Septembre 1909    

Ma petite sœur chérie,

Notre bien aimée Mère ne veut pas que tu passes le 30 Septembre fête de notre Thérèse sans que tu reçoives un mot de tes petites sœurs. Elle t'envoie aussi pour te faire plaisir ces nouvelles images de Thérèse, il y en a plusieurs afin que tu aies la joie d'en offrir à tes si bonnes Mères. Que je suis touchée de ce que tu nous écris ! de leur bonté de leur tendresse pour notre petite Visitandine. A propos de Visitandine, tu verras dans la lettre de faire part que Céline est avant toi, mais il ne faut pas t'en faire de peine, c'est uniquement pour ne répéter qu'une fois religieuses du Carmel de Lisieux. Je pense du moins que c'est la raison pour laquelle ils ont fait les choses ainsi.

L'inhumation de notre saint oncle sera vendredi à 8 h 1/2 C'est une heure bien matinale, c’est l'heure des pauvres et en voici la raison : Il a recommandé à Francis et à Jeanne devant nous au parloir, il y a déjà longtemps de lui donner la dernière classe ne voulant pas que le gouvernement qui a volé l'argent des fabriques et à qui revient maintenant l'argent des pompes funèbres, profite de sa fortune. Mais à l'intérieur de l'église ce ne sera plus la même chose ce sera tout ce qu'il y a de mieux parce que c'est la fabrique qui en aura le profit. Tu le vois, ma petite sœur chérie, même après sa mort, notre cher oncle donne encore des exemples de sa foi et de son dévouement à la bonne cause. Il paraît que jusqu'à la fin il a eu sa connaissance. Depuis sa grande crise il n'a pas dit un seul mot, mais pendant son agonie quelques instants avant de rendre sa belle âme à Dieu, on lui a posé deux fois le crucifix sur les lèvres et il a fait le mouvement des lèvres pour le baiser. Que c'est consolant ! Il y avait un prêtre à ses derniers moments, Mr le Curé de Glos se trouvait là.

Adieu petite sœur chérie, ne pleurons pas ; mais réjouissons-nous en regardant le Ciel où tant d'être aimés nous attendent et veillent sur nous... Bientôt ce sera pour nous aussi l'éternel rendez-vous de la Patrie...

Respects bien affectueux à tes si bonnes Mères

Ta petite sœur Marie du S.C.

r.c.ind.

Petite Mère et Céline t'embrassent bien fort.