Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 24 mai 1921

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

+                                                                                        Carmel 24 Mai 1921

Jésus

Ma petite sœur aimée,

 

Je viens me recommander à tes prières, car je vais commencer ma grande retraite aujourd’hui même. Prie aussi pour notre petite Sr Louise de Jésus, converse qui fera sa profession le 5 Juin.

Vite je réponds à ta question. Nous n'avons pas eu la visite du Cardinal di Belmonte, heureusement ! Je l'appréhendais...

S.M. de la Trinité doit dire à Sr Marguerite Agnès que nous avons été aux Buissonnets, je t'assure que ce n'était pas inutile. Ce serait trop long de t'en donner les raisons, qui d'ailleurs ne t'intéresseraient guère, mais quel voyage ! J'ai cru étouffer dans la voiture où S.M. du S.C. a dû se tenir debout et à moitié assise sur nous, elle nous écrasait et nous nous écrasions toutes ! Mais il a fallu monter le chemin à pied ! Heureusement nous avions des voiles aux tourières par dessus les nôtres et des manteaux noirs très amples ! sans cela nous étions perdues ! Je rencontre une dame qui semble me dire qu'elle va profiter de nous et entrer aussi aux Buissonnets qu'elle avait trouvés fermés. Je réponds crânement "Madame nous sommes des étrangères et pour nous seulement la porte se trouvera ouverte, car nous ne pouvons revenir etc..." et la dame est partie me disant : "Ah! je comprends !" et si elle avait su !

La Supérieure du Refuge et son assistante ainsi que Sr Scholastique et Melle Mikaëlle nous ont reçues à bras ouverts. C'est par la Supérieure du Refuge que nous avons eu la voiture et quelqu'un de très discret pour nous conduire.

Il était 4 heures à peu près, nous sommes restées jusqu'à près de 6 heures, ne perdant pas un instant, car Sr Geneviève avait des mesures à prendre pour l'autel dans la chambre et pour mettre le lit que Jeanne nous redonne dans l'alcôve etc.etc il y aura devant une grille pour empêcher les pèlerins de le couper par petits morceaux. Depuis on nous a conseillé ce qui existe actuellement, l’autel dans l’alcôve, le lit dans les souvenirs.

Le chemin des B. est horrible de saleté ! Tu n'as pas idée de cela et il paraît que la Ville nous attend pour en payer les réparations. Je t'assure que c'est honteux et nous allons prendre l'avis de Monseigneur pour y remédier habilement sans qu'on nous écorche. La maison est très bien tenue. Que de souvenirs ! Mais vraiment je n'ai pas menti quand j'ai répondu à la dame que nous étions des étrangères. Oui, vraiment nous sommes devenues des étrangères ici-bas, rien ne nous émeut, rien ne nous intéresse si ce n'est la gloire du bon Dieu.

Cette visite a été une grâce pour nous trois et nous a fait sentir que par la grâce du bon Dieu, en effet, nous étions détachées de tout.

Quand nous sommes revenues au Carmel la Cté nous attendait dans le jardin, en grands voiles car la voiture pénétra à l'intérieur par la porte des ouvriers, (nous, nous avions le visage découvert bien entendu).

Et quand la porte fut refermée après le départ de la voiture ce fut une explosion de joie comme si nous avions fait un voyage en Chine !

J'ai été bien touchée de cet accueil.

Au revoir, ma petite sœur si aimée, cette lettre va te faire rire sûrement. Je t'embrasse et les petites sœurs aussi. Ta petite sœur maman

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

La Supérieure du Refuge a été très discrète et nous a laissées seules après un moment. Sr Marie Emmanuel était avec nous, nous étions 5 : Sr M. Emmanuel, Sr M. de la Tr. et nous 3. S. M. du S.C. et moi nous sommes regardées dans la glace de la chambre. Nous avons bien ri en constatant la métamorphose depuis près de 40 ans !!!! C'était devant cette même glace que nous nous étions mirées jeunes filles !

Le jardin est délicieux.