Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 5 novembre 1921

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

Jésus +                                                                                              5 Novembre 1921

 

 

Ma chère petite sœur aimée,

 

Ta lettre m'a causé beaucoup de plaisir, j'ai remercié le bon Dieu de t'avoir "prise" c'est une très grande grâce, mais tu sais, il y a longtemps qu'il t'a prise et il continue à te prendre, mais toi, sans le sentir aussi vivement. O ma petite sœur chérie quand serons-nous pour de bon prises et emportées sans retour dans notre Patrie ! Nous vieillissons et ce bonheur ne peut guère tarder, heureusement.

Moi aussi j'ai reçu une grâce il y a quelque temps. Une nuit où j'avais une grande angoisse en pensant à ma profonde misère, le bon Dieu m'a fait sentir et comprendre sa présence intime et complète en nous, présence si entière qu'elle pénètre jusqu'à la moelle de nos os. Je n'avais donc qu'à savoir m'appliquer les effets de cette présence en moi de la pureté infinie pour être à tout moment purifiée et cela par le désir, la confiance et l'humilité. Le lendemain à la Communion j'étais sous l'influence de cette lumière et j'ai compris un peu les effets de la Communion en nos âmes, effets entièrement purifiants si nous savons nous les appliquer par une grande confiance et d'humbles désirs.

Je réponds maintenant à tes questions, ma petite sœur chérie. Voilà ce que nous savons déjà mais que même Mgr de Teil ne sait pas encore, tu vois si c'est à garder pour toi. Il y aura en Avril une première Congrégation pour les miracles, puis une seconde en août et enfin la 3ème au Ct de l'année 1923 qui sera celle de la Béatification, en Mai probablement. Es-tu bien contente et bien renseignée maintenant ?

Il n'y a pas encore de médaille de Thérèse en première Communiante mais on s'en occupera certainement.

Le P. M. Bernard de la Trappe est ici qui moule la statue de la Vierge du Sourire, nous en donnerons une à la Visitation avec combien de plaisir mais il faudra attendre !!!

Que c'est long tout cela ! Avec mon caractère, je souffre beaucoup de voir les choses et les évènements prévus arriver si lentement ! Je vais terminer en te faisant rire et non sur un gémissement. Le P. M. Bernard nous racontait l'autre jour à propos de la peur de la mort et du diable que son Père Abbé exhortant un bon vieux frère convers au moment de la mort "avez-vous peur du diable" lui dit-il - "ah non, Père, je m'en moque comme de ma première culotte!". Et il mourut ! Ce fut sa dernière parole !

Je t'embrasse ma petite sœur et enfant aimée

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

Sr Geneviève est contente de la lettre et de la photo de Mère St F. de Sales, je te la renvoie.