Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise-Thérèse - 2 Mai 1921

 Sœur Marie du Sacré Cœur à Sr Françoise Thérèse                                          

                                                                                                             2 Mai 1921

 Petite sœur chérie,

 

Je vois par ton dernier petit mot que tu te préoccupes toujours de nous. Ne crains rien, si nous étions souffrantes ou malades, je t'assure que je ne te le cacherais pas...

1°- Notre Mère chérie ne se ressent plus de ses maux de reins, elle va très bien malgré ses préoccupations de toutes sortes. Sr Geneviève n'a plus mal aux talons. C'était une inflammation passagère qui a complètement disparu.

Quant à moi pendant un an j’ai pris fidèlement tous les jours une tisane amère (atroce !) qui est un remède souverain pour les rhumatismes et maintenant je bénéficie de cet excellent traitement.

Tu vois, chère petite sœur, que tu n'as pas sujet de te tourmenter.

Le 28 Avril anniversaire de Sr Geneviève nous avons reçu plusieurs notices sur le vénéré Père Pichon. C'est un prêtre (jésuite) du Canada celui-là même qui a écrit ces pages si intéressantes qui nous les offre. Il écrit sur sa carte "hommage respectueux aux Sœurs de Thérèse de l'Enfant Jésus.

Père Louis Boncompain S.J.

Directeur de l'Apostolat de la Prière au Canada.

Je ne te dis rien, ma petite sœur chérie, de la fête de Sr M. de la Trinité. C'était suave et céleste, cela fait rêver aux fêtes du Ciel. Oh ! quels oasis sont nos monastères. L'éternité ne sera pas assez longue pour dire au bon Dieu notre reconnaissance de nous avoir appelées à Lui !

Ne nous renvoie pas la photo de la petite châsse du Brésil. Ne t'inquiète pas tout est parfaitement combiné. Sans doute c'est malheureux de la cacher, mais on ne peut en avoir deux, puis ce n'est à proprement parler qu'un riche coffret pour contenir les ossements. Cela prouve l'amour et la dévotion des clients de notre petite sainte. Ils disent : Rien n'est trop beau pour elle et ils veulent de toutes manières lui dire leur reconnaissance. C'est touchant.

Le miracle de la langue repoussée pourrait servir mais en ont choisi deux autres : le miracle du petit Potot,et celui de la religieuse d'Ustarritz. Ce dernier est tellement beau ! avec les pétales de roses... Celles qui en ont été témoins, ont affirmé cette merveille sous la foi du serment.

La pluie de roses ne paraîtra pas maintenant avant la béatification. Après on verra ce qu'il y aura à faire.

lettre non signée