Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise-Thérèse - 24 juillet 1921

 

Sœur Marie du Sacré Cœur à Sr Françoise Thérèse                                          

+ Jésus                                                                                 Dimanche 24 Juillet 1921

 

 Ma petite sœur chérie,

 

Il me semble que tu attends une lettre, pourtant je n'ai pas grand nouveau à t'apprendre. Mais je ne veux pas te laisser désirer ce petit mot et quoique je n'aie rien à dire, je vais essayer quand même de te dire quelque chose.

Est-ce possible, ma petite sœur, que tu aies déjà 21 ans de profession ! Cela veut dire que ta vie comme la mienne est presque passée et que le peu qui nous reste à vivre doit être employé à chanter les miséricordes du Seigneur qui nous a retirées de la terre d'Égypte pour nous placer dans le vestibule du Ciel. Tu me diras qu'il y a bien des sacrifices à faire dans ce lieu béni pourtant ! C'est vrai! mais il ne faut pas oublier que notre vie sur la terre est un temps d'épreuve, alors ne nous étonnons pas d'y rencontrer la souffrance...

Tu me dis que tu te cramponnes au désir d'aimer la souffrance. Pauvre petite sœur ! moi je ne puis me cramponner à ce désir là, car je n'y réussirais pas, nous sommes tellement faits pour le bonheur.

Mais je me cramponne au désir de vouloir ce que le bon Dieu veut pour moi. J'aime à redire cette invocation que nous répétait souvent le bon Père Pichon pendant qu'il nous prêchait la retraite : "O coeur d'Amour, je mets toute ma confiance en vous, car je crains tout de ma faiblesse mais j'espère tout de vos bontés.

Le 2 Août approche... Quelle réponse le bon Dieu donne à l'amour de sa pauvre petite créature ! A nous aussi ma petite sœur, il nous donnera une réponse ineffable au dernier soir de notre vie. Oh ! Travaillons avec courage ou sans courage peu importe pourvu que nous soyons tout à Lui et que nous nous oubliions nous-mêmes.

Tu vois que je ne te dis rien d'intéressant aujourd'hui.

Nos travaux marchent avec leur lenteur accoutumée, enfin ils marchent quand même et nous serons certainement prêtes malgré nos mille et mille traverses.

Sr Geneviève t'écrira la prochaine fois, elle a toujours beaucoup à faire. Cette semaine elle s'est occupée à tailler une belle robe en velours de soie (brune) pour la châsse elle sera un peu brodée d’or mais très peu seulement pour dessiner le scapulaire afin qu'il ne se confonde pas avec la robe.

Tu dois bien souffrir, ma petite sœur par ces grandes chaleurs, ici notre bonne Sr Marie Philomène s'en ressent beaucoup, elle est très fatiguée, ce n'est pas étonnant à son âge, pour nous, nous allons très bien.

Jeanne est à Houlgate au bord de la mer pour trois ou 4 mois à griller sur la plage, pour quatre mille frs !...

Adieu ma petite sœur chérie, je t'embrasse bien tendrement comme je t'aime. Ne m'oublie pas auprès de ta bonne Mère.

Ton aînée

Sr. Marie du S. Coeur

r.c.ind.

 

P.S. Je crois que j'ai dû signer pour toi cette image dont elle parle ; ce n'est pas la peine de lui répondre.