Imprimer

Mère Agnès de Jésus à Sr Françoise-Thérèse - 8 mai 1924

Mère Agnès de Jésus à sa sœur Léonie

Jésus +                                                                              Carmel de Lisieux 8 Mai 1924

Ma petite sœur aimée,

 

En ce jour mémorable je viens causer un peu avec toi, je suis en retraite jusqu'à ce soir, mais ce ne me "déretraitera" pas, au contraire.

Tu me parais bien éprouvée ma pauvre petite sœur ! Et tu n'as pas de motif de tant t'affliger, car enfin, "aurions- nous sur la conscience tous les crimes possibles" ils sont effacés quand on s'en accuse et notre âme est encore plus belle qu'avant, si notre coeur est plein de regrets et humble toujours dans la grâce rendue.

Eh bien moi qui prêche si bien, je ne suis pas non plus à l'abri de certaines épreuves : j'ai peur de la mort, une peur affreuse des tempêtes, surtout la nuit, où mon coeur devient si faible que je ne sais plus ce que je vais devenir.

J'ai parfois aussi des angoisses de toute nature et je me demande ce que cela signifie, car autrefois je n'étais pas ainsi. Figure-toi que le jour de la Profession de notre dernière novice, une véritable petite sainte, j'ai été prise en me réveillant d'un battement de coeur à la pensée de la cérémonie et de la petite allocution d'usage, mais c'était tellement angoissant que je me demandais si j'allais pouvoir parler. Il paraît qu'au Chapitre, j'avais une figure de morte et par contre jamais je n'avais parlé avec autant d'assurance. C'était une grâce d'état, car le battement de coeur ne m'a plus quittée de la journée et je n'ai pu prendre la moindre nourriture jusqu'au soir.

Tu crois que ce n'est pas diabolique ?! En tout cas, c'est bien pénible, je t'assure. Toutefois ne te fais pas de peine car c'est bien passé à présent. J'ai tenu le Chapitre du Vendredi Saint sans difficulté et je suis très calme actuellement. Si ça reprend "on le verra bien"(parole de Thérèse.) d'abord le bon Dieu le verra bien, puis la Ste Vierge et enfin la petite Thérèse, et je serai encore secourue j'en suis sûre. Si je ne le sens pas sensiblement, je supporterai de mon mieux l'averse et si je me noie ce sera dans le Coeur du bon Jésus où je retrouverai une assurance éternelle.

Il faut bien dans la vieillesse avoir de ces épreuves qui humilient et purifient en même temps. Le vent emporte jusqu'à la dernière feuille de notre confiance en nous-mêmes l'expérience nous a tellement instruites ! et alors le pauvre arbre dépouillé n'est pas très fier, mais il n'a jamais été en si bon état pour recevoir une nouvelle sève toute divine et pousser des branches et des feuilles et des fruits immortels d'humilité et d'amour pur.

Je t'embrasse ma petite sœur chérie

Ta vieille sœur maman

Sr Agnès de Jésus

r.c.i. 

J'étais depuis 14 ans dans une cellule où durant les tempêtes on peut croire à la fin du monde. Pour Pâques je me suis installée dans une autre qui d'ailleurs devrait être celle de la Mère Prieure, c'est là que Mère Marie Ange et Mère Isabelle sont mortes. Je m'y plais beaucoup et elle est très bien orientée pour le plus grand calme.

Les petites sœurs vont bien. Sr Geneviève te remercie de tes souhaits pour son anniversaire elle était contente de ce que tu disais. Sr M. du S.C. t'aime de plus en plus. Toutes les 3 nous prions pour que tu sortes de ... barbin.

Nous avons les élections de S.P. et conseillères le 21 Mai.