Imprimer

Sr Marie du Sacré Coeur à Sr Françoise Thérèse - 27 octobre 1924

 

+ Jésus

Carmel de Lisieux 27 0ctobre 1924

 

 

Chère petite sœur,

 

Me voilà donc ressuscitée après avoir été à la porte du ciel. Je me demande si c'est bien vrai que j'étais si malade ? Mais oui, certainement puisqu'on parlait de me donner l’Extrême Onction. Moi qui auparavant avais peur de la mort, je n'en avais aucune frayeur, je me trouvai au contraire bien heureuse d'être rendue au port. Mais le bon Dieu en a décidé autrement et je vais essayer de profiter à présent de la leçon salutaire qui m'a été donnée par cette maladie. Oui, j'ai compris plus que jamais que tout n'est rien ici-bas, que ce qui nous parait grand n'est rien, que nous sommes tous de pauvres petits néants et comme le dit si bien notre petite sainte qu’il n'y a qu'une seule chose à faire ici-bas : jeter à Jésus les fleurs des petits sacrifices" O ma petite sœur, que c'est vrai. Notre amour seul compte aux yeux du bon Dieu. Il n'y a rien pour Lui de grand que notre amour. Ainsi pendant les quelques années, peut-être les quelques mois qui nous restent à vivre ne lui refusons pas tous ces petits sacrifices qui se rencontrent tous les jours sur notre chemin et s'il nous arrive de lui refuser quelque chose ne nous décourageons pas pour cela mais disons lui: "Seigneur ayez pitié de ma faiblesse !" et confions-nous pleinement en sa miséricorde infinie.

Nous avons des nouvelles de nos deux sœurs missionnaires. Elles ont fait une excellente traversée et sont depuis deux mois déjà dans leur nouveau monastère où elles ont été reçues à bras ouverts. Maintenant il faut attendre un peu avant de savoir si leur santé se fera à ce climat si chaud. Sr Jeanne de l'Eucharistie est Sous-Prieure. J'ai oublié de te dire je crois que sa jeune sœur (24 ans) est entrée ici le 15 Août ainsi qu'une sœur de Mère Sous-Prieure (20 ans). Elles sont charmantes toutes deux la 1ère s'appelle sœur Marthe de l'Eucharistie (elle ressemble beaucoup à Sr Jeanne de Eucharistie) et la seconde Sr Marie Thérèse du St Sacrement.

Adieu, petite sœur chérie, je t'embrasse bien tendrement

Ne m'oublie pas auprès de tes bonnes Mères.

Ton aînée

Sr Marie du Sacré Cœur.

r.c.i.

 

P.S. Tes petites lettres pendant ma maladie m'ont fait grand plaisir parce qu'elles m'ont prouvé une fois de plus que tu ne voulais même au milieu de l'épreuve que la volonté du Bon Dieu. C'est cela qui le g1orifie !